LES VACCINS QUI ALTÉRENT l'ADN HUMAINE :

UNE CAMPAGNE DE VACCINATIONS POUR RENFLOUER LES CAISSES DE BIG PHARMA :

Sous le couvert de la prévention de la maladie, les vaccins sont des porteurs idéaux pour toutes sortes de gènes qui seraient incorporés de façon définitive dans la structure ADN humaine.
L'énorme propagande au sujet des vaccins et les lois obligatoires qui en résultent, qui imposent la vaccination, les gènes synthétiques injectés aux milliards d'êtres humains formeraient une grande expérience pour créer une espèce altérée.
Les vaccinés seront soumis à une surveillance continue pour évaluer les résultats.
Sur divers prétextes, les membres de ces groupes seront amenés dans des cliniques pour des examens et des tests, pour découvrir les marqueurs qui révèlent les réponses de leurs corps aux altérations génétiques.

Ces personnes sont-elles plus fortes ou plus faibles ?
Présente-t-il des signes de maladie ?
Rapporte-t-on des changements de comportement ?
Bien sûr, il n'y a pas de consentement éclairé. Les cobayes humains n'ont aucune connaissance de ce qui leur est fait.

Et quels seraient les objectifs de ce programme de recherche ?
Sur un plan simplifié, créer des êtres plus faibles et plus dociles et plus obéissants et plus dépendants.

De l'autre côté, créer des humains plus forts et plus sains et plus intelligents et plus talentueux.
Évidemment, certaines de ces recherches seront menées à l'intérieur de l'armée.
Le secret est plus facile à maintenir et le but de produire de meilleurs soldats est un objectif de longue date du Pentagone et l'agence de recherche, DARPA.
Ceux qui tombent malades ou meurent peuvent être déclarés comme ayant souffert de diverses maladies et troubles qui n'ont rien à voir avec les vaccins, pour protéger le cartel médical.

Le système médical américain a déjà tué 2,2 millions de personnes par décennie, à ​​la suite de médicaments approuvés par la Food and Drug Administration (F.D.A.) et les mauvais traitements dans les hôpitaux.
Les grands médias et les dirigeants gouvernementaux, conscients de ce fait, n'ont rien fait.

Le biologiste moléculaire américain, Lee M. Silver, auteur du livre Remaking Eden ; donne une vision sur la façon dont les généticiens importants pensent à un futur ingénieux.
Avec des vaccins qui altèrent en permanence la composition génétique humaine à l'horizon, et compte tenu du penchant de ces entreprises et des organismes gouvernementaux pour le secret, nous vivons déjà le Nouvel Ordre Mondial.
Toute innovation génétique vise à nous rapprocher d'un monde stimulant et plus éloigné de la liberté.
C'est pourquoi la défense de la liberté devient de plus en plus vitale.
Est-ce que chaque être humain est simplement et seulement un système qui attend d'être réorganisé ?

Marcella Piper-Terry, Independent Researcher M.S. : "Notre système immunitaire a été créé pour fonctionner parfaitement. La manipulation de ce système immunitaire par des virus, des bactéries, des toxines va à l’encontre du plan de la Nature. Nous voulons et devons garder notre corps le plus pur possible. Nous refusons de le polluer en lui injectant de l’aluminium, du mercure, du formaldéhyde, du tissu fœtal de bébés avortés. Nous ne voulons pas nous faire injecter de l’A.D.N. animal, de l’A.D.N. d’insectes."

“En délivrant des gènes synthétiques dans les muscles des singes [expérimentaux], les scientifiques sont essentiellement en train de remodeler les animaux pour résister à la maladie.”

"Le ciel est la limite" : a déclaré Michael Farzan, immunologue chez Scripps et auteur principal de la nouvelle étude.
“Le premier essai chez l’homme basé sur cette stratégie – appelé immunoprophylaxie par transfert de gènes, ou I. G. T.- est en cours, et plusieurs autres sont planifiées.”
Si vous voulez altérer les humains, par exemple, pour les rendre plus dociles et faibles, pour imposer des nouvelles lois ou restructurer la société...

Le caducée d’Hermès représentant les 2 serpents entrelacés rappelant l’origine reptilienne des démons et satan dans le jardin d’Eden et aussi la structure de l’ADN .
Le symbole des serpents entrelacés, que nous employons toujours aujourd’hui pour représenter la médecine et la guérison, la biologie existe depuis la nuit des temps.
Ce symbole est aussi celui de l’ADN, la spirale double de l’A.D.N.
Les vaccins contiennent en plus des métaux lourds et autres poisons :


  • Cellules de fœtus HUMAINS avortés
  • Sérum sanguin de fœtus de veau avorté
  • Cellules provenant de chenilles légionnaires
  • Cellules de reins de singes
  • Cellules de reins de chiens
  • Cerveau de souris
  • Embryons de poulet
  • Gelatine de porc

Beaucoup de vaccins contiennent des produits nocifs, comme le mercure, l’aluminium, et le formaldéhyde.
Certains de ces produits ont effectivement un effet potentiellement nocif, tout comme le monoxyde de dihydrogène.

Ce dernier est pourtant largement ignoré du grand public, alors qu’il cause la mort de nombreuses personnes chaque année, et que la population mondiale y est fortement exposée à chaque instant.

  • Pour une maladie comme le tétanos, par exemple, il ne peut y avoir d’épidémie puisqu’il s’agit d’un microbe provenant du sol, donc non contagieux entre individus (pour rappel : 10 cas par an en France par an, 3 décès de personnes âgées).
  • Pour la coqueluche on sait que l’immunité conférée par le vaccin est très faible.
  • Pour l’hépatite B, la transmission par voie sexuelle ou sanguine ne peut être que limitée chez les jeunes enfants.
    En outre la protection conférée par le vaccin chez ces jeunes enfants pose des problèmes d’immunité post-vaccinale une fois ces enfants arrivés à l’adolescence.
  • Cette profession de foi de la couverture vaccinale s’applique donc surtout à la rougeole. La ministre l’a répété à outrance, en disant qu’il est : "inadmissible que des enfants meurent encore de la rougeole et l’on est dans une situation d’urgence et que la France doit atteindre les objectifs fixés par l’OMS, soit une couverture vaccinale de 95%"

Un article d’un groupe de médecins britanniques publié dans le British Medical Journal en 1959, faisait le point sur les épidémies de rougeole en ces termes : "La rougeole est une maladie bénigne, probablement la plus commune au monde. Il y a peu de complications et il ne vaut pas la peine d’essayer d’en éviter la contagion."
Les premières campagnes de vaccination débutèrent donc à partir de 1966-67, et l’incidence de la maladie diminua fortement, jusqu’au milieu des années 1980 où de nouvelles épidémies éclatèrent.
On s’aperçut alors qu’une majorité de cette première génération de vaccinés avait perdu son immunité

- Si bien qu’en 1984, le Dr Levy affirmait déjà : "La première bataille d’élimination du virus sauvage a été remportée, il ne s’agit que d’un succès à court terme, étant donné la diminution de l’immunité des vaccinés."
Face à cette situation, l’on introduisit en 1989 une deuxième dose du vaccin, afin de renforcer son effet.
Malgré cela, la durée de l’immunité ne cessa de décliner par la suite de sorte que l’immunité de la population vaccinée devint de plus en plus courte.
En somme, plutôt que de les protéger, la vaccination massive a finalement augmenté le risque pour les populations les plus fragiles.