LES DANGERS DU TRANS-HUMANISME :

L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE AU SERVICE DE L'OLIGARCHIE :

Le terme 'Transhumain' se réfère à un état intermédiaire entre l’humain et le Post-humain.
Diminutif pour Humain de Transition, il désigne la première manifestation de nouvelles évolutions de l’être humain par la technologie.

Un être humain augmenté et amélioré, cette nouvelle espèce humaine sera omnisciente mais ce n’est pas tout !
Grâce aux prothèses bioniques, on pourra remplacer vos jambes par des jambes mécaniques beaucoup plus robustes et vous permettant de courir beaucoup plus vite et sans vous fatiguer !
On pourra vous faire poser des yeux qui voient dans le noir, ou même à travers les parois. Des oreilles qui détectent les bruits aujourd’hui inaudibles à l’oreille humaine !
Chacun pourra mener son propre projet de construction d’un autre lui-même, en toute liberté. Il sera d’ailleurs possible de passer par tous les stades.
Changer de couleur de peau, de sexe, de musculature, pour ensuite revenir en arrière et essayer d’autres voies.

Mieux encore : grâce aux techniques de réalité augmentée et de réalité virtuelle, chacun pourra vivre dans le monde de son choix : famille, amis, événements...
Vous pourrez décider en un clic de vivre dans le plus beau des châteaux ou de séduire les plus grandes stars.
Bien sûr ça ne se passera pas en vrai.
Mais les techniques de manipulation du cerveau et des sensations seront tellement avancées que vous serez incapable de faire la différence entre ce qui se passe dans la réalité et la réalité virtuelle directement injectée dans votre cerveau, qui vous procurera des sensations rigoureusement identiques.
Existeront de plus des substances non toxiques (selon eux) que nous pourrons avaler pour flotter en permanence dans un état de bonheur parfait, sans accoutumance et sans aucun effet indésirable !
C’est du moins ce que promettent les transhumanistes.
La 'posthumanité' serait le remplacement de l’humanité par des machines devenues des milliards de fois plus intelligentes que l’être humain, dotées de toutes nos mémoires et émotions.

le transhumanisme

L’Intelligence Artificielle (A.I.) est l’exemple le plus évident de cette crainte.
Et Tim Berners-Lee, le créateur du web, nous met déjà en garde contre les logiciels qui pourraient créer et exploiter des entreprises de manière beaucoup plus efficace et rapide que les êtres humains, devenant ainsi les nouveaux Maîtres de l’Univers.
Cette alarme cauchemardesque, sonnée à l’occasion du sommet mondial de la finance innovante (en 2017 à Londres), rappelle l’expression du roman Le Bûcher des vanités (Tom Wolfe - 1987), dans lequel le personnage principal est un golden boy de Wall Street, un maître de l’univers.
L’Intelligence Artificielle remplacerait alors ces êtres humains dans le domaine des affaires et des finances, réduisant non seulement ces derniers au chômage mais pouvant également prendre des décisions injustes et iniques au regard du système financier dans sa globalité (de l’hypothèque à la liquidation d’une entreprise entière).

Cette crainte n’est en rien futuriste, comme l’activité des Fintech le prouve.
Par Fintech (contraction des termes finances et technologie), il faut entendre les structures qui exercent dans le domaine des finances, généralement des start-up, et qui utilisent les nouvelles technologies (algorithmes) pour gérer toutes sortes de services bancaires et financiers (gestion de portefeuilles, échanges de devises…).
Déjà en 2015, même les plus grands noms de l’informatique (Bill Gates, Stephen Hawking…) appelaient à signer une pétition mettant en garde contre les conséquences éventuelles de leurs propres activités dans le domaine de l’A.I., horrifiés à juste titre, par exemple, par les drones programmés pour frapper sans en référer à une autorité humaine.
L’Homme est déjà suffisamment faillible pour décider de qui doit vivre ou mourir en matière militaire, et l’horizon effrayant de la saga Terminator plane au-dessus de cette pétition.
C’est alors la question de la définition de l’être humain qui se pose aujourd’hui avec autant de vigueur à travers le transhumanisme, plus encore que la qualification du post-humain.

Mark Zuckerberg, P.D.G. de Facebook, arrive à une conférence où tout le public est branché à des appareils de réalité virtuelle.
Demain, ces appareils seront miniaturisés et peut-être implantés dans le cerveau pour générer à la demande tous les rêves et toutes les sensations désirées.
Le transhumanisme est une nouvelle religion, dans la mesure où il nous promet un avenir paradisiaque, la fin de toute souffrance et même la victoire sur la mort, le transhumanisme est une sorte de religion.
Plutôt que de gagner votre paradis en étant vertueux, vous le gagnerez en prenant un billet d’avion pour San Francisco et en allant faire une pseudo fortune dans une start-up internet.

Les dirigeants de Facebook et Google revendiquent leur appartenance à la mouvance transhumaniste.
Ils financent des projets pour faire avancer la robotique et l’intelligence artificielle.
Ils croient qu’ils sont tout près de réaliser leur rêve et s’entourent de techno-prophètes qui leur promettent, moyennant quelques millions, qu’ils vont bientôt atteindre leur but.

Certes, ils perfectionnent constamment les jeux vidéos et autre cinéma en 3D.
Mais quant à faire le bonheur des hommes et le soulager de toute douleur et toute maladie, je n’y crois pas une seconde.
Les plus âgés d’entre nous se souviennent des promesses équivalentes que nous faisaient les savants dans les années 80 au sujet des progrès prétendument imminents de la génétique.
Bientôt, en changeant nos gènes, ils allaient tout guérir, fabriquer à la demande de nouveaux organes et ainsi nous réparer comme des voitures.
On nous annonçait tous les deux mois la découverte du gène de l’immortalité.

30 années plus tard, et après avoir dépensé des centaines de milliards, les quelques tentatives de thérapie génique ont débouché sur des échecs ou des catastrophes.
Elles n’ont permis que des améliorations provisoires sur des maladies rarissimes : l’amaurose de Leber, l’adrénoleucodystrophie et le syndrome de Wiskott-Aldrich.
Aucune révolution en vue. La plupart des grands programmes de recherche arrêtés.
À 99,9%, la génétique chez l’être humain ne sert pas à guérir des malades.
Elle sert à créer des enfants sans défauts en sélectionnant à l’avance les gamètes, embryons ou les fœtus qui ont des caractéristiques génétiques indésirables (ou jugées comme telles).
Ou à tripoter les gènes pour fabriquer des organismes génétiquement modifiés. C’est très différent du projet de guérir des maladies, soit la révolution qu’on nous annonçait pourtant.

Les progrès thérapeutiques pour guérir de la génétique sont sans proportion aucune avec les sommes dépensées, les promesses annoncées, ni les progrès obtenus grâce aux moyens de traitements conventionnels qui, eux, se sont améliorés, comme par exemple le traitement de la mucoviscidose.
Mais qu’en savent les créateurs de Google, Larry Page et Sergueï Brin, ou le jeune Mark Zuckerberg de Facebook ?
Dans leur domaine, l’informatique, ils sont excellents.
Mais question histoire, culture, philosophie, médecine, avenir de l’homme et de l’humanité, ces sympathiques ingénieurs ne me paraissent pas crédibles.
Ont-ils seulement lu les ouvrages fondamentaux pour réfléchir à ce qu’est un homme, ce qui fait son bonheur, le sens de sa vie ?

Et certes tu les trouveras les plus attachés à la vie, pire en cela que les associateurs.
Tel d'entre eux aimerait vivre mille ans. Mais une pareille longévité ne le sauvera pas du châtiment !...
Coran sourate 2 verset 96


Jean-Michel Besnier, professeur d'Université à Paris-Sorbonne.
Si l'être humain : "est exempté des signes du vieillissement, ce monde ressemblerait extérieurement au nôtre. Le télescopage des générations ne sera guère bouleversant dans un contexte où l'on s'habitue à perdre les repères que dictaient dans les sociétés archaïques les structures de la parenté."
Dans notre enquête sur les changements civilisationnels et le brouillage philosophique et idéologique en cours, nous avons là, un élément majeur.
Les repères traditionnels de la parenté sont qualifiés d'archaïques, ce qui veut dire ancien, mais aussi inutiles et dépassés.

Ont-ils mis les pieds, récemment, dans un hôpital, une maison de retraite, ou dans la salle d’attente d’un médecin de quartier ?
Regardent-ils le visage, les yeux des êtres humains en chair et en os qui peuplent le monde réel ?
Je ne parle pas des mannequins rafistolés sur Photoshop qui s’affichent sur l’écran tactile de leurs smartphones.
Ceux et celles qui nous entourent - Tous ceux qui sont actuellement en cancérologie - Tous ceux qui sont en psychiatrie - Tous ceux qui sont en rhumatologie.
Tous ceux qui souffrent d’asthme, de diabète, de lupus, d’hémorragies intestinales, qui ont subi des pontages, l’ablation de la prostate, ou qui sont défigurés par les maladies de peau.
Toutes les femmes souffrant des symptômes de la ménopause, de migraine, ou affligées de règles douloureuses, autres problèmes face auxquels la médecine moderne n’a pratiquement rien à proposer.

Comment osent-ils claironner que leurs nanotechnologies sont sur le point de résoudre toutes ces fatalités ?
Que disent-ils de la baisse d’efficacité des antibiotiques, qui nous rend plus vulnérables aux maladies infectieuses que nous ne l’étions en 1980 ?
Que disent-ils à toutes les victimes du Vioxx, des antidépresseurs, de la Thalidomide, du Dépakine, du Médiator et du Buflomédil ?
Des victimes de prothèses du sein défectueuses ?
Il semble pourtant qu’une prothèse de sein est moins compliquée qu’un œil bionique.
Que disent-ils, enfin, des chiffres de la longévité qui régressent, de l’épidémie de stérilité chez les couples, de la multiplication des cas d’autisme, d’hyperactivité, d’allergies, de maladies digestives et des cas précoces de maladie de Parkinson et surtout d’Alzheimer, contre laquelle il n’y a pas le moindre traitement, quel qu’il soit ?

Concernant l’intelligence et le savoir : comment peuvent-ils affirmer que leurs moteurs de recherche sont en train d’améliorer les capacités intellectuelles de l’être humain ?
En ce qui me concerne, j’ai plutôt noté une raréfaction des articles intéressants, bien écrits, originaux sur internet or les copier-coller, les traductions à la va-vite se répandent.
Google et Facebook ne créent rien - Ce sont des machines à reproduire à l’infini des textes et images.
Mais il semblerait aussi que ce soient souvent les contenus les plus scandaleux, les plus diffamatoires qui circulent le plus.

Quant à l’intelligence artificielle, il y a de vrais progrès. Mais il reste que le correcteur d’orthographe de nos ordinateurs continue à ajouter des fautes à certains messages.
Les voiture soi-disant intelligente déclenche des alarmes, presque à chaque fois que des gens la heurte par accident ou suite à une déflagration, tremblement de Terre...
Comment améliorer les conditions de vie de l’être humain, aussi bien physiques qu’intellectuelles, sans porter atteinte à nos libertés fondamentales, à l’intégrité du corps humain et à la cohésion du corps social ?
Or, les questions d'éthiques que pose ce projet, même dans sa version la moins ambitieuse, sont nombreuses, au-delà des aspects seulement philosophiques :

  • Quelle autonomie aura un individu entièrement dépendant du système industriel pour le moindre des aspects de sa vie ?
  • Les transhumanistes arguent de la liberté de choix, mais un siècle d’expérience automobile n’indique-t-il pas qu’il sera difficile,
    voire impossible de refuser de s’aligner sur la consommation, sur les transformations des autres ?
  • Quel groupe social aura désormais le pouvoir ?
  • Et quelle liberté d’action restera-t-il à un individu devenu un pantin des réseaux et des psychotropes ?
  • Où trouvera-t-on, sur notre monde déjà épuisé, les ressources matérielles pour mettre en œuvre une telle modification de l’espèce et de son environnement ?

LES MARIAGES AVEC LES ROBOTS SEXUELS ARRIVENT :

C’est une étrange nouvelle que rapporte le quotidien South China Morning Post.
Il a en effet annoncé lundi qu’un Chinois de 31 ans s’était marié vendredi dernier avec sa compagne, qui n’est autre qu’un robot de sa propre création.
Zheng Jiajia, expert en intelligence artificielle, se serait offert un amour artificiel après des années de vaines recherches pour trouver un partenaire.
Baptisée Yingying, la machine d’apparence féminine serait capable d’identifier des personnes et des caractères chinois.
Mais son créateur à l’intention de la mettre à niveau pour qu’elle puisse, un jour, être en mesure de marcher et de réaliser des tâches ménagères.

Un roboticien de renommée mondiale a affirmé que d’ici 2046, nos congénères auront le droit de voter, de se marier à la fois avec des robots et avec des humains et de posséder des terres.
D’ici 2035, le Dr Hanson croit que : "les androïdes surpasseront presque tout ce que les humains peuvent faire" et pourront obtenir des doctorats.
Une fois que les machines auront atteint ce niveau d’intelligence, M. Hanson envisage un 'Mouvement mondial pour les droits civils robotiques' où les dirigeants et les experts du monde entier devront se réunir pour discuter du traitement éthique des machines artificiellement intelligentes au sein des sociétés humaines.
Cela ouvrira la voie au traitement des robots sur un pied d’égalité d’ici 2045, les États-Unis étant les premiers à accorder aux machines tous les droits civils, selon M. Hanson.

Et des entreprises commencent à surfer sur cette vague.
La société californienne Abyss Creations s'apprête à commercialiser des robots sexuels ayant toute les apparences d’êtres humains.
Ces poupées pourront tenir de véritables discussions et faire l’amour, promet son créateur, Matt McMullen.
Les progrès de la robotique et le développement de l’intelligence artificielle rendent l’amour 2.0 inévitable.

Le 30 juin 2017 lors d’une cérémonie organisée par Hibiki Works, une marque de jeux érotiques.
Muni d’un casque de réalité virtuelle HTC vive, l’heureux élu a été sélectionné parmi tout un groupe de candidats et a donc gagné le droit de s’unir avec le personnage de son choix du jeu New Wife Lovely X Cation évidemment interdit aux moins de 18 ans.

Comme le précise le docteur David Levy : "alors que l’amour et le sexe avec les robots sont des idées de plus en plus acceptées, nous devrions parvenir à la possibilité du mariage avec les robots."
Le premier de ces mariages pourrait d’ailleurs avoir lieu avant 2050 selon les prévisions du spécialiste. Il ajoute : "quand les robots nous ressemblent suffisamment, sont suffisamment sociables, au point où ils peuvent agir comme nos compagnons, pourquoi ne pas étendre cette relation au mariage si aucun des parti n’est contre l’idée ?"

La sexualité hors norme - Illuminati (Jacques Attali)
Dans l’avenir, les gens ne s’engageront plus et ne créeront plus de familles. Le couple ne sera plus le fondement principal de la vie et de la sexualité.
[Les gens] préfèreront choisir, en toute transparence, l’amour polygame ou polyandre.

La force motrice de cette tendance est la technologie qui soustrait les jeunes au contrôle parental. La première d’entre elles a été la radio, ce qui a permis aux jeunes :
De danser en dehors des salles de bal, et donc de ne plus être sous la coupe parentale-libérant la sexualité, les ouvrant à toutes sortes de musiques, du jazz en passant par le rock, et annonçant donc l’entrée des jeunes dans le monde de la consommation, du désir, et de la rébellion.
Une culture dominée par les médias va créer une population égocentrique qui sera seulement fidèle vis-à-vis d’elle-même.

Avec des partenaires qui ne s’accouplent plus pour procréer, le monde ne sera plus qu’une juxtaposition de solitudes, et l’amour une juxtaposition de masturbations.
L’objectif des élites est d’obtenir du sexe sans amour afin de contrôler la reproduction.
Attali écrit qu’au XXème siècle, la société a cherché à éliminer le rôle reproducteur de la sexualité en rendant artificielle la maternité, à l’aide de méthodes de plus en plus sophistiquées, les pilules, les accouchements prématurés, la fécondation in vitro, les mères porteuses.
Dans l’avenir, la société ira même jusqu’à dissocier la reproduction et la sexualité.
La sexualité sera le royaume du plaisir, la reproduction celui des machines.
Les générations futures vont fabriqueront l’être humain comme un objet sur-mesure, dans un utérus artificiel, qui permettra au cerveau de continuer à développer avec des caractéristiques choisies à l’avance.
L’être humain sera donc devenu un objet commercial.

Surveillance à outrance
Attali dresse le tableau d’une société de surveillance qui ferait grimacer la Stasi.
Même nos machines à laver comploteront contre nous, tandis que le conditionnement des produits alimentaires, les 'clothing vehicles', et articles de ménage vont devenir communicatifs.
Nous vivrons avec des robots qui sont ne sont pas dignes de confiance.
Les robots domestiques deviendront universels dans la vie quotidienne. Ils seront également en permanence connectés à des réseaux de hauts rendements dans l’ubiquité nomade. Ils fonctionneront comme aide domestique, comme moyens auxiliaires pour personnes handicapées ou âgées, en tant que travailleurs et membres des forces de sécurité. Ils deviendront des gardiens.

Toutes nos données seront collectées par les entreprises de sécurité publiques et privées.
La principale forme de surveillance seront les appareils de divertissement portatifs.
L’embryon de ceci aujourd’hui, c’est l’Iphone qui envoie des données à la N.S.A.
L’objet nomade unique sera traçable de façon permanente. Toutes les données qu’il contient, y compris des images de la vie quotidienne de chacun, seront stockées et vendues à des entreprises spécialisées et aux services de police publics et privés.
Jacques Attali
A partir de 2050, ces machines auront évolué en ce qu’Attali appelle des machines d’auto-surveillance qui permettront à chacun de suivre son propre respect des normes.
Nous surveillerons notre consommation d’eau, d’énergie et de matières premières.
Nous aurons même la possibilité de mesurer, en permanence ou périodiquement, les paramètres de notre propre corps.
Les puces électroniques, sous-cutanées, enregistreront sans cesse le rythme cardiaque, la pression artérielle, et le taux de cholestérol.
Des microprocesseurs connectés à différents organes observeront leur fonctionnement par rapport aux normes.
Vivant dans l’insécurité et de façon chaotique, nous serons dépendants des compagnies d’assurances pour la sécurité.
Ces entreprises feront en sorte que leurs clients se conforment aux normes afin de minimiser les risques…
Elles en arriveront progressivement à dicter des normes (Que manger ? Savoir ? Comment conduire ? Comment se protéger ? Comment consommer ? Comment produire ?)
Ces sociétés seront impitoyables.
Elles pénaliseront les fumeurs, les buveurs, les obèses, les inaptes au travail, les mals protégés, les agressifs, les insouciants, les maladroits, les distraits, les prodigues.
L’ignorance, l’exposition aux risques, le gaspillage, et la vulnérabilité seront considérées comme des maladies.
Les prisons seront progressivement remplacées par une surveillance à distance d’une personne en résidence surveillée.

Immigration de masse
Les flux migratoires s’étendront et submergeront les états nations. La Grande-Bretagne va devenir un pays d’accueil majeur, en particulier pour les citoyens des pays d’Europe centrale. Ces derniers accueilleront à leur tour des travailleurs ukrainiens, eux-mêmes remplacés par les Russes, qui seront eux-mêmes remplacés par de vastes populations chinoises.
Les pays résistants apprendront qu’un afflux de population est la condition de leur survie. Dans un passage sinistre, Attali parle de hordes en provenance du tiers monde submergeant l’Ouest. Des masses de plus en plus nombreuses vont se précipiter aux portes de l’Occident. Ils sont déjà des centaines de milliers chaque mois ; ce chiffre passera à plusieurs millions, puis à des dizaines de millions.
Les États-Unis seront la destination la plus populaire et en 20 ans, les populations hispaniques et afro-américaines seront près de constituer une majorité aux États-Unis.
Le nomadisme va également devenir la norme à l’Ouest, de plus en plus de gens quitteront un pays pour s’installer dans un autre : il n’y aura bientôt plus de 10 millions d’entre eux changeant de pays chaque année.

Notre principale motivation sera l’argent, mais beaucoup s’en iront parce qu’ils sont dégoûtés par leur patrie.
Ils ne voudront plus dépendre d’un pays dont ils rejettent le régime fiscal, la législation, et même la culture. Et aussi afin de disparaître complètement, de vivre une autre vie. Le monde sera donc de plus en plus rempli de gens qui sont devenus anonymes de leur propre gré, ce sera comme un carnaval où tout le monde – la liberté ultime ! – Aura choisi une nouvelle identité pour lui ou elle-même.

LES CHIENS ROBOTS DE LA FIRME BOSTON DYNAMICS :

Aperçu plusieurs fois dans des vidéos et des démonstrations, Spot sera bientôt visible au grand public puisque Boston Dynamics a annoncé qu'il serait bientôt disponible à la vente.
Présenté au salon Mars de Las Vegas, la firme a créé l'événement avec ses chiens qui se promenaient devant les visiteurs de cet événement dédié à l'intelligence artificielle.
La question est de savoir à qui peuvent bien servir ces robots à quatre pattes ?

On peut les télécommander avec une sorte de tablette, et leur faire exécuter essentiellement des tâches de manutention comme le déplacement de cartons ou la traction d'objets très lourds.
À Las Vegas, Boston Dynamics a effectué une démonstration où Spot ramassait des objets, dont une peluche qui était ensuite donnée à un vrai chien policier, un robot autonome !

Boston Dynamics Darpa Robotics Challenge

Depuis son acquisition par Google et son succès lors du Darpa Robotics Challenge (DRC), Boston Dynamics s'était fait plutôt discret.
L'entreprise, à qui l'on doit plusieurs robots quadrupèdes aux performances étonnantes (le robot-guépard Cheetah ou le robot-mulet AlphaDog).
La firme n'a pour le moment fourni aucune information détaillée sur ce nouveau modèle si ce n'est qu'il est électrique, actionné par des mécanismes hydrauliques et qu'il pèse un peu plus de 72 kg.
Le constructeur indique qu'il embarque un capteur lui servant à naviguer sur les terrains accidentés.
On sait que les robots quadrupèdes de Boston Dynamics sont déjà testés par l'armée américaine avec l'objectif de les utiliser, notamment, pour transporter des charges lourdes afin d'alléger le barda de ses soldats.