LES VOLS TRANSATLANTIQUES :

Et le gyroscope, le rotor tournant garde son orientation originelle pendant que les cadrans et la base d'appui bouge autour de lui - en d'autres termes, le gyroscope maintient son axe en relation avec l'espace et non pas avec la relation terrestre.
Le fait que cet instrument de navigation reste immobile prouve que l'avion vole sur une surface plate !
Amusez-vous à faire ce test chez vous ; il démontre à tout sceptique la Terre n'est pas ronde.
Samedi 11 mars 2017, j'ai commandé sur internet un billet d'avion sur le site 'Go Voyage' pour l'Australie avec un vol direct du Mexique mais le moteur de recherche ne me propose qu'avec escale, étrange ?



    -------------------------------------------------
    Prix : 1008 € pour le 23 mars 2017
     
  • Départ 05h45 - Juarez Int. au Mexique
  • Arrivée 07h45 - Sydney en Australie

  • Vol avec escale
    San Francisco et Los Angeles

    Durée du vol : 33h00
    -------------------------------------------------

Quand on observe la carte des USA on remarque que San Francisco est plus loin et Los Angeles est plus près du Mexique donc avec la carte du globe le trajet est insensé car il m'oblige à un trajet plus long mais si je regarde une carte d'une Terre plate le trajet devient logique !
Si je ne peux pas faire un trajet direct sans escale de Juarez à Sydney cela démontre la supercherie des cartes du monde qui ne représente pas la réalité de notre planète...
De Pythagore à Copernic, Galilée et Newton, aux astronautes modernes comme Aldrin, Armstrong et Collins, au directeur de la NASA et le Grand Commandant de 33ème degré C. Fred Kleinknecht, les pères fondateurs du mythe de la boule pivotante ont tous été Franc-Maçons !
Le fait que tant de membres, de la plus grande et la plus ancienne société occulte en existence ont tous été les co-conspirateurs de cette révolution planétaire littérale est au-delà de la possibilité de coïncidence et fournit la preuve de l'entente secrète organisée dans la création et le maintien de cette multi-générationnelle.


DES VOLS AVEC ESCALE ILLOGIQUE :

Sur un globe, de Johannesbourg en Afrique du Sud à Perth en Australie, devrait être un vol direct au-dessus de l'Océan Indien, avec des possibilités pratiques de ravitaillement en carburant sur l'île Maurice ou Madagascar.

En réalité cependant, la plupart des vols de Johannesbourg à Perth font plus curieusement leurs escales soit à Dubaï, Hong Kong ou la Malaisie, qui toutes n’ont aucun sens sur le globe, mais sont tout à fait compréhensibles lorsqu’elles sont positionnées sur une carte de la Terre plate.

Sur un globe, de Cape Town en Afrique du Sud à Buenos Aires en Argentine devrait être un vol direct au-dessus de l'Atlantique, en suivant la même ligne de latitude horizontalement, mais au lieu de cela, chaque vol va en premier lieu assurer une correspondance avec des sites dans l'hémisphère Nord, faisant escale n'importe où, depuis Londres jusqu’en Turquie et Dubaï.
Une fois de plus, tout ceci ne fait absolument aucun sens sur le globe, mais sont des options tout à fait compréhensibles lorsque représenté sur une carte de la Terre plate.


Sur un globe, de Johannesbourg en Afrique du Sud à Sao Paolo au Brésil devrait être un vol direct rapide en longeant le 25°ème de latitude Sud, mais au lieu de cela, presque chaque vol s’arrête d’abord à Londres au 50°ème de latitude Nord pour son ravitaillement en carburant !
L’unique raison pour faire une telle escale aussi ridicule est en réalité parce que la Terre est plate.

Sur un globe, de Santiago au Chili à Johannesburg en Afrique du Sud devrait être un vol facile situé sous le tropique du Capricorne dans l'hémisphère Sud, mais tous les vols listés font en premier lieu un curieux arrêt pour le ravitaillement en carburant au Sénégal, près du tropique du Cancer dans l'hémisphère Nord !

Lorsque l’on dessine le trajet sur une carte de la Terre plate, on voit cependant clairement pourquoi, le Sénégal est en fait exactement en ligne droite à mi-chemin entre les deux !
Si la Terre est le centre de l'univers, alors les idées de Dieu, la création, et une raison pour l'existence humaine sont parfaites.
Mais si la Terre est juste une des milliards de planètes gravitant autour de milliards d'étoiles à travers des milliards de galaxies, alors les idées de Dieu, la création, et une raison spécifique pour la Terre et l'existence humaine deviennent hautement invraisemblables.
En nous endoctrinant furtivement dans leur matérialiste-scientifique culte du soleil, non seulement certains ont perdu la foi en quoi que ce soit au-delà du matériel, mais aussi gagné la foi absolue dans la matérialité, le statut, l'égoïsme, consumérisme...

S’il n'y a pas de Dieu, et que tout le monde est juste un accident, alors tout ce qui importe vraiment est moi, moi, moi...
Leurs riches, puissantes entreprises multinationales aux logos sophistiqués de culte du soleil nous vendent leurs idoles à adorer, dominant lentement le monde entier, pendant que nous croyons leur science, votons pour leurs politiciens, achetons leurs produits, écoutons leur musique et regardons leurs films, tout en sacrifiant nos âmes sur l'autel du matérialisme.

Pourquoi ne pas tourner une bonne fois pour toute le satellite Hubble vers la Terre, zoomer en temps réel un endroit quelconque et nous montrer ce qu'il se passe et nous verrons s'il y a quelque chose qui nous surveille depuis l'espace ?

Lorsqu'il disposa les cieux, j'étais là ; Lorsqu'il traça un cercle à la surface de l'abîme...
Bible Proverbe chapitre 8 verset 27


Un cercle, en hébreu [chuwg] est bien entendu une surface plane limitée par une ligne courbe que l’on nomme 'circonférence' et dont tous les points sont également distants d’un même point qu’on appelle 'centre'. Un cercle n'est pas une sphère.
Certains objecterons que les Hébreux n’avaient pas forcément de mots pour désigner une sphère, faux !
Il existe le mot hébreu [dûr] qui désigne un objet sphérique donc en 3 dimensions. On le trouve dans Isaie 22 verset 18.

Si la Terre était un globe, et que l'Antarctique était trop froid pour être survolé, la seule route logique pour voler de Sydney à Santiago serait de survoler le Pacifique en un vol direct, en restant dans l'hémisphère Sud pendant tout le trajet.
Le Ravitaillement en carburant pourrait être fait en Nouvelle-Zélande ou toute autre destination de l'hémisphère Sud le long du chemin si absolument nécessaire.

Pourtant en réalité, les vols Santiago-Sydney rejoignent l'hémisphère Nord, faisant escale à Los Angeles et d'autres aéroports en Amérique du Nord, avant de reprendre leur route vers le bas pour l'hémisphère Sud.
Ces détours on ne peux plus imprévisibles n’ont aucun sens sur le globe, mais sont parfaitement logiques et forment quasiment des lignes droites lorsqu’ils sont matérialisés sur une carte de la Terre plane.

Les Vols en direction de l'Est, de Tokyo à Los Angeles avec la rotation supposée du globe, durent en moyenne 10,5 heures, par conséquent les vols de retour en direction de l’Ouest contre la rotation présumée, devraient durer en moyenne 5,25 heures, mais en réalité ils durent en moyenne 11,5 heures, un autre temps de vol totalement incompatible avec le modèle du globe tournoyante. Les Vols en direction de l’Est, de Paris à Rome avec la rotation supposée du globe, prennent 2 heures en moyenne, par conséquent les vols de retour en direction de l’Ouest contre la rotation présumée, devraient prendre 1 heure en moyenne, mais en réalité, la durée moyenne de vol est de 2 heures et 10 minutes, un temps de vol tout à fait en contradiction avec le modèle du globe en rotation. On nous dit que la Terre et l'atmosphère tournent ensemble à cette vitesse uniforme parfaite, dont personne dans l'histoire n'a jamais vu, entendu, senti ou mesuré le mouvement présumé de 1 609 km/h.

On aime à le comparer au fait que lorsque que l’on se déplace en une voiture à une vitesse uniforme, nous sentons seulement le mouvement pendant l'accélération ou de décélération.
En réalité cependant, même avec les yeux fermés, les fenêtres closes, sur le goudron lisse, dans une voiture luxueuse, à simplement 80 km/h, on peut sentir le mouvement !
A 20 fois cette vitesse, la rotation imaginaire de 1 609 km/h de la Terre serait très certainement perçue, sentie, vue et entendue par tous.




N’avons-Nous pas fait de la terre une couche ?
Coran sourate 78 verset 6


ACCIDENT DE MOTEUR SUR LE VOL PARIS - LOS ANGELES :

Un vol Paris-Los Angeles forcé d'atterrir d'urgence au Canada
Le vol Air France 66 reliant Paris à Los Angeles a dû être dérouté d'urgence, ce samedi, après un avarie moteur. L'Airbus A388 de la compagnie française s'est posé au Canada, sur l'aéroport militaire de Goose Bay, par précaution, afin de procéder à des vérifications technique.
Le déroutage a eu lieu alors que le vol passait au-dessus du Groenland, l’avion s’est posé à Goose Bay à 15 h 42 GMT, soit 17 h 42 heure française.

L'atterrissage au Canada s'est bien déroulé et l'incident n'a pas fait de blessés.
496 passagers étaient à bord, ainsi que 24 membres d’équipage, dont trois personnels navigants techniques, précise la compagnie.
L’atterrissage s’est passé "normalement" sur cette base militaire, qui est un aéroport dit de dégagement sur les routes aériennes transatlantiques.

la compagnie aérienne, l'un des quatre réacteurs aurait cessé de fonctionner en vol.
Des photos du réacteurs, publiées par des passagers sur les réseaux sociaux, montrent l'étendue des dégâts. Et ils sont assez impressionnants.
Les passagers du vol AF66 Paris - Los Angeles du jour vont se souvenir de leur voyage longtemps !

La compagnie a également indiqué qu'elle devait désormais acheminer les passagers vers un aéroport plus grand que celui de Goose-Bay, afin de leur permettre de rejoindre rapidement Los Angeles.
Air France a immédiatement envoyé du personnel depuis Montréal et New York sur place pour s’occuper des passagers.

Le samedi 30 septembre 2017.
Le vol AF066, reliant Paris Charles-de-Gaulle à Los Angeles, s’est dérouté vers l’aéroport de Goose Bay, au Labrador (Canada), en raison d’une grave panne sur son quatrième réacteur, situé vers l’extrémité de l’aile droite.
Il s’avère que la soufflante, le premier élément tournant à l’avant des moteurs, s’est détachée en vol, entraînant avec elle la perte de l’entrée d’air…
L’incident est survenu au-dessus du Groënland. Il a provoqué des vibrations, ressenties à bord de l’appareil.
L’avion a heureusement pu atterrir sans dommage grâce aux autres moteurs, les 497 passagers et 24 membres d’équipage sont sains et saufs.
L’avion, un A380, est un gros-porteur. Il a été construit par l’avionneur européen Airbus.
La panne l’a contraint à atterrir, en urgence, sur la base militaire canadienne de Goose Bay.



Depuis, le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) pour la sécurité de l’aviation civile a ouvert une enquête, avec le soutien des bureaux américain (NTSB), canadien (BST) et danois (AIB DK), pour tenter de déterminer les causes exactes de l’accident.
Grâce aux données de l’enregistreur de vol, les enquêteurs ont pu déterminer une zone de recherche dans une région désertique de l’ouest du Groënland, afin de retrouver des débris de l’avion.
Un hélicoptère d’Air Greenland a récupéré des pièces du moteur. Elles ont été remises aux enquêteurs français.
Les recherches se poursuivent pour retrouver d’autres pièces de moteur tombées au sol, mais au Groënland, la neige ne facilite pas les opérations…
En attendant, les autorités françaises affirment qu’une inspection de l’appareil a permis de confirmer que c’est le ventilateur du moteur endommagé qui s’est détaché pendant le vol.
Le restant du moteur va être retiré de l’aile de l’avion, explique une source du BEA à l’agence Reuters.
Puis, il sera envoyé dans un établissement de General Electric à Cardiff, afin d’être examiné par son fabricant et des enquêteurs.

Les enquêteurs français cherchent, désormais, le meilleur moyen de rapatrier en France cet A380, toujours immobilisé sur le petit aéroport de Goose Bay.
Mais avec un réacteur en moins, il n’est, pour le moment, pas encore en mesure de décoller.
Un réacteur de rechange devrait être installé à sa place sur l’aile droite.
Mais il servirait uniquement à équilibrer l’avion et ne serait pas mis en marche pendant le vol transatlantique de retour, selon une hypothèse avancée par la presse spécialisée en aéronautique.

ACCOUCHEMENT EN PLEIN VOL SUR LE TRAJET FLORIDE - DOHA :

Poursuivons avec un autre exemple :
Ainsi en 2015, avec ce tout nouveau vol long-courrier, Qatar Airways détient le record du plus long vol commercial au monde, tant par la distance que par le temps de trajet.
Mais certains spécialistes des records dans le monde l’aviation pourraient se montrer sceptiques.
Et pour cause, il existe un vol de la compagnie Singapore Airlines reliant Singapour à New-York pour une distance de 15 348 kilomètres.
Mais Qatar Airways risque de ne pas garder ce record pendant longtemps. Car la bataille pour s’approprier le plus long vol fait rage entre différentes compagnies.
C’est notamment le cas de Singapore Airlines, qui a d’ores et déjà un vol de 18 heures et 55 minutes sans escale entre Singapour et New York, aux États-Unis, pour une distance de 15 348 km puis celui de Perth (australie) jusqu'à Londres en 17h20 pour 14 498 km.


Un bébé est né à bord d'un avion de Qatar Airways tôt le matin, au cours d'un vol reliant la Floride et Doha, au Qatar pour 12 281 km.
30 minutes après la naissance, l'avion s'est posé sans incident à l'aéroport de Gander, au Canada.

Il y avait deux médecins à bord de l'avion, ce qui est un vrai coup de chance pour la mère et l'enfant.
L'appareil a été détourné vers Gander et, "30 minutes avant l'atterrissage, la femme a accouché" : raconte Brian Hicks, directeur de la sécurité à l'aéroport international de Gander.
pourquoi le Canada, il y avait l'aéroport de New-York plus près si on accepte ce détour, sur un globe c'est un énorme détour qui rallonge sa route aérienne étrange, mais bizarrement sur une Terre plate ça devient cohérent...?

C'est amusant de voir que Google Earth nous oblige à passer par le Nord pour calculer la distance, je voulais également tester en passant par l'Afrique pour faire une comparaison des distances mais impossible c'est ce qu'on appelle des données pré-établies... Sûrement une autre façon de contrôler l'information !


UN EXEMPLE DE VOL AVEC ESCALE SUR LE TRAJET PERTH - SANTIAGO DE CHILI :

Alors sur le site Go-Voyage, j'ai sélectionné le trajet Perth (Australie) vers la destination finale Santiago de Chile (Chili) comme vous pouvez mm le constater sur l'image ci-dessous et l'agence de voyage inclus 2 ESCALES qui sont : Dubaï, Sao Paulo pour finalement arriver en Chili.




Certains adeptes du globe vont encore nous répondre que c'est une histoire d'économie or vu le détour qui est parfois à l'opposé de son trajet et la perte conséquente en kérosène... On est en droit de se demander où est donc vraiment cette économie ?
Mais regardez-bien les escales et observez donc la logique sur le parcours du modèle de la Terre plate ; tout prend un sens puisque c'est dans le prolongement du parcours même avec escales :