LE SIDA, UNE CRÉATION DE L'HOMME POUR RÉDUIRE LA POPULATION MONDIALE :

LA PROGRAMMATION D'UN GÉNOCIDE MONDIAL :

Le document de 1971 du Dr Gallo est d’ailleurs identique à son annonce faite en 1984 sur le SIDA.
Le compte rendu n° 8 page 273-286 prouve que nous avons inoculé le sida à des singes.
Depuis 1962, les États-Unis et le Dr Robert Gallo ont infecté des singes et les ont relâchés dans la nature.
Ainsi, même des scientifiques du gouvernement sont stupéfaits de constater l’apparition soudaine du HIV-1 et HIV-2 chez deux espèces de singes d’origines différentes, au cours des cent dernières années. Une étude japonaise de 1999 révélera finalement l’origine anthropique du virus du SIDA chez les singes.

  • En 1918, le virus de la grippe tue des millions de gens sans crier gare.
    C’était un virus de la grippe modifié avec un mycoplasme aviaire pour laquelle les primates humains n’avaient aucune immunité acquise.
  • 1921, le théoricien de l’eugénisme Bertrand Russell, soutient publiquement la «nécessité d’organiser des fléaux contre la population noire.
  • 1931, des tests sont faits secrètement sur les Afro-Américains et expérimentons le SIDA sur les moutons.
  • 1935, nous apprenons que l’on pourrait cristalliser le mycoplasme du tabac et qu’il resterait infectieux.
  • 1943, ils commencent le programme de guerre biologique.
  • 1949, le Dr Bjorn Sigurdsson isole le virus Visna. Visna a été créé par l’homme et partage une partie de l’A.D.N. du V.I.H.
  • 1954, le Dr Bjorn Sigurdsson publie son premier article sur le virus Visna et s’impose comme le grand-père du virus du SIDA.
  • 1957, le futur président américain, Gerald Ford (Franc-Maçon du 33ème degré) et quelques autres donnent au Pentagone la permission de déployer des agents biologiques pathogènes.

En 1974, Henry Kissinger (Franc-maçon du 33ème degré) produit son NSSM-200 (plan américain de lutte contre la surpopulation).
C'est le seul sujet de discussion lors de la Conférence mondiale de la population à Bucarest, en Roumanie.
En 1976, les États-Unis produisent le compte rendu n°13 du programme 'Spécial Virus'.
Le rapport prouve l’existence d’accords internationaux des États-Unis avec les Russes, Allemands, Britanniques, Français, Canadiens et Japonais.
Le complot visant à tuer des Noirs a un large soutien international.
Les hommes de l’ombre avaient gagné, tout le monde était d’accord pour secrètement abattre la population africaine.

Le docteur Robert Gallo de l’institut de virologie humaine de Baltimore aux USA affirme avoir créé intentionnellement le virus du SIDA pour exterminer les humains.
La CIA vise surtout à exterminer la race noire et les homosexuels.
En Avril 1984, le Dr Robert Gallo a déposé une demande de brevet aux États-Unis pour son invention, le virus VIH / SIDA.
Normalement, quand un brevet est déposé et approuvé, on doit payer une somme pour protéger le brevet payer une sorte de taxe or le Dr Gallo a pu déposer son brevet gratuitement.

VIH H1N1 SIDA Didier Raoult

LES SCIENTIFIQUES MONDIAUX ASSURENT AVEC 100% DE CERTITUDE QUE LE LABORATOIRE GENESIS A CRÉE LE VIRUS DU SIDA.
La preuve scientifique est complète et convaincante, le virus du SIDA est une conception bi-produit du programme de virus spécial des États-Unis.
Le président Jimmy Carter autorise la poursuite du plan secret pour abattre la population noir.
En 1977, le Dr Robert Gallo et les scientifiques soviétiques se réunissent pour discuter de la prolifération des 66 000 litres de SIDA.
Ils intègrent le SIDA dans le vaccin de la variole pour l’Afrique et le vaccin expérimental de l’hépatite B pour Manhattan.

Un examen de la spéciale Graphique Virus Flow (logique de recherche) révèle les États-Unis cherchaient une particule de virus qui pourraient avoir un impact négatif sur les mécanismes de défense du système. Le programme cherche à modifier l’ordination de la particule virale au cours de laquelle pour l’épissure chez l’animal de grade d’associé maladie débilitante appelé 'Visna'.
Selon des rapports américains, le SIDA est un processus biologique, le développement de laboratoire du virus Visna en particulier, qui a été détecté chez le mouton islandais.
Le Dr Gallo a reconnu son rôle comme agent du projet pour le programme de développement du virus fédéral, le Virus spécial !
Les États-Unis veulent assassiner une grande partie de la population mondiale par le déchaînement d’un organisme biologique volant qui peut exterminer les sous-hommes.
Entre 1964 et 1978, le programme secret de 'virus fédéral' a dépensé 550 millions de dollars de trésorerie, du contribuable pour créer le SIDA.

Les hommes de l’ombre avaient calculé avec précision que vous ne vous soucieriez pas de la mort de noirs et d’homosexuels.
En fait, vous ne vous souciez pas que près d’un demi-million de vétérans de la guerre du Golfe soient infectés par quelque chose de contagieux.
Bientôt, il n’y aura presque plus de population noir ni de militaires handicapés, les personnes âgées commenceront alors soudainement à mourir et vous n’auraient toujours rien compris.
Le 4 Novembre 1999, la Maison Blanche annonçait : "Dans un délai de 5 ans, tous les nouveaux infectés par le VIH aux États-Unis seront afro-américains …"

L’origine du SIDA est aussi à l’origine de presque tous les virus du cancer qui existent.
Le Lymphome, la leucémie et le SIDA sont une petite partie d’une longue liste de maladies crées par l’homme.
Ces cancers ont été développés dans un endroit appelé Fort Dietrich, Maryland, États-Unis, dans une installation de l’armée.

èpidémie contagieux virus Grigori Petrovich Grabovoï


APRES LE CANCER, LA PROGRAMMATION DE L'ÉPIDÉMIE DU SIDA :

La fausse épidémie du sida dans les années 1980 a déclenché une peur mondiale, la peur d'avoir tout contact physique avec des personnes inconnues, mais aussi avec les plus proches.
Souvenez-vous de ce qu'on nous disait ?
Quand tu fais l'amour, tu ne le fais pas seulement avec cette personne, mais avec toutes celles avec qui cette personne a eu des rapports physiques.
C'était le vrai but de cette épidémie.
Le but était de nous faire vivre dans la peur pour limiter les accidents de grossesses.

Document officiel des archives de la Librairie du Sénat des États-Unis.
Le document (voir photo ci-contre) atteste que le virus du sida a été artificiellement créé par le Département de la Défense des États-Unis d'Amérique
Traduction :
Le programme Feasibility a été complété en 1974-1975 et le virus entre 1974 et 1979.
L'AIDS-laced amallpox vaccine a été commencée à être injecté chez plus de 100 millions d'africains en 1977.
A plus de 2000 homosexuels de race blanche (Operation Trojan Horse) il a été injecté avec le vaccin contre l'hépatite A modifié en 1978 au Centre de contrôle des maladies infectieuses et au centre de collecte de sang à New-York.
Le développement du virus avait apparemment deux objectifs :

  1. Arme politique / ethnique à utiliser contre les gens de couleur.
  2. La réduction programmatique de la population.

Le 29 juillet 1969, quelques jours après que le Département de la Défense ait demandé au Congrès 10 millions € de financement pour la recherche d'un agent pathogène biologique synthétique, une substance qui n'existe pas dans la nature et contre laquelle il n'est pas possible de développer une immunité naturelle. Le Président de la Task Force républicaine sur Earth Resources and Population (Population et ressources terrestres), l'honorable George H.W. Bush a souligné le besoin urgent d'actions destinées au contrôle de la population pour faire face à la "crise croissante dans le Tiers Monde".

11 vaccins Ebola hépatite pneumonie

En 1972, sous les auspices de l'Organisation Mondiale de la Santé, un programme de vaccination de masse des populations africaines contre la variole fût porté en avant.
Ce vaccin infecté avec le virus du sida a été administré à des millions de noirs africains indigents et dont le nombre croissait rapidement, problème qui préoccupait George H.W. Bush, parmi les autres membres de l'élite, les Rockefeller, le Club de Rome et les membres du Bilderberg depuis 1969.
Le virus du sida a été intentionnellement ajouté au vaccin contre l'hépatite-B.
Les études sur le vaccin contre l'hépatite B sont désormais sous clé et sous la garde du Département de la Justice à Washington et personne ne peut y accéder.

LE CORONAVIRUS A-T-IL ÉTÉ BREVETÉ 2 ANS AVANT 2020 ?

Situé dans un bâtiment soi-disant hyper protégé pour éviter toute fuite de virus, ce laboratoire de bio sécurité a justement pour mission d’étudier, parmi d’autres éléments pathogènes potentiellement pandémiques, les coronavirus potentiellement mortels pour l’homme… Et de les manipuler si nécessaire à des fins scientifiques comme il se doit.
Wuhan est justement le lieu où le virus s’est développé, officiellement sur un marché d’animaux malsains…
Statistiquement la coïncidence pour qu’un tel événement se produise pile à un tel endroit, sans aucune relation de cause à effet … Proche de 1 chance sur l’infini.

Jordan Sather : "Il s'agit d'un virus artificiel breveté avec un vaccin en préparation..."
Des milliers de publications affirment ainsi que le coronavirus aurait déjà été breveté il y a plusieurs années, comme ce tweet (voir photo ci-dessous) indiquant Pourquoi le coronavirus a-t-il déjà un brevet ? Pourquoi tout virus a-t-il un brevet ? Pourquoi un vaccin est-il déjà en cours de développement ? Brevet américain pour le brevet sur le coronavirus (brevet n° 10 130 701 délivré le 20 novembre 2018).

pandémie Wuhan Mers-CoV bactériologie

Le tweet renvoie vers le brevet d’un coronavirus, dont le lien a été partagé 11 000 fois sur Facebook en janvier 2020.
Le coronavirus est une vaste famille de virus. La catégorie des coronavirus regroupe un grand nombre de virus dont certains affectent les hommes et d’autres les animaux.
La forme de 2020 n’est donc pas le seul représentant de sa famille.
Ces agents infectieux doivent leurs noms (virus à couronnes en latin) à leur enveloppe présentant des protubérances, qui évoque la forme d’une couronne. Seuls deux de ces virus ont entraîné de graves épidémies chez l’Homme, notamment le Syndrome Respiratoire Aïgu Sévère (SRAS) en 2003, et le Mers-CoV (Syndrome respiratoire du Moyen-Orient).

L’épidémie de SRAS avait fait 774 morts dans le monde selon le bilan dressé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).
Le Mers-CoV a, lui, tué 458 personnes entre 2012 et 2015.

Il s’agit d’un brevet lié au virus de la bronchite aviaire.
Le brevet de 2015 partagé concerne celui du virus de la bronchite infectieuse aviaire, un coronavirus qui affecte la volaille.
L’institut Pirbright, qui avait déposé ce brevet en 2015, a confirmé à l’agence de presse Américaine AP que ce texte ne se référait pas au nouveau virus.
En effet, le virus de Wuhan a lui été identifié en janvier 2020 par le Centre de santé publique de Shanghai Public et est disponible sur GenBank, une base de données en accès libre. Il est habituel de breveter des formes altérées des virus pour les contenir. Il s’agit d’une formule altérée du virus aviaire de départ, qui atténue sa force. Le but supposé est alors d’obtenir un vaccin ou un antibiotique.
D’autres publications affirment que le coronavirus de Wuhan a été breveté, en partageant des brevets d’autres formes du virus que ce dernier.

En légende, Le coronavirus est un virus breveté. Qui dit breveté dit main de l'Homme !
Pour le moment, aucun vaccin n’a été trouvé pour pallier l’épidémie.
Du personnel médical à l'hôpital universitaire de Wuhan (en Chine) soigne un patient atteint du coronavirus, le 23 janvier 2020.
L’épidémie déclenchée par le virus apparu à Wuhan, en Chine, entraîne le partage de théories complotistes en ligne.
Le coronavirus 2019-nCoV a déjà fait au moins 80 morts selon le bilan officiel. Ce virus n'est pas naturelle mais a été créé par l’Homme.

SRAS bronchite aviaire institut Pirbright institut Pasteur

La fondation Bill Gates fait partie des financements de l’institut Pirbright, ayant travaillé sur le virus aviaire.
La porte-parole de l’institut a depuis rappelé que le virus aviaire n’est pas le virus de Wuhan. Elle a aussi indiqué que la fondation Bill Gates n’avait pas financé ce brevet.
Pourtant, le 19 juin 2015, le Pirbright Institute, financé par le gouvernement britannique, a déposé une demande de brevet pour le coronavirus vivant, qui a été approuvée le 20 novembre 2018.
Et la Fondation Bill et Mélinda Gates a fait don de 189 232 $ au Pirbright Institute dans le cadre d’une subvention de 2013.
Puis, en novembre 2019, le site Web du Pirbright Institute a publié un article portant sur le financement par la Fondation Bill & Mélinda Gates d’un Livestock Antibody Hub pour un montant de 5,5 millions de dollars.

De plus, en même temps que le Pirbright Institute annonçait le programme Livestock Antibody Hub, ils ont affiché une offre d’emploi pour un poste de chercheur postdoctoral de 4 ans sur LinkedIn.com
L’annonce de l’ouverture de poste explique :
Le titulaire de poste rendra compte aux chefs du groupe Coronavirus et du groupe d’oncogenèse virale et travaillera en étroite collaboration avec une équipe multidisciplinaire pour faire avancer les objectifs du centre global d’anticorps Pirbright Livestock Antibody.
Gardez à l’esprit que tout cela a eu lieu avant l’épidémie actuelle de coronavirus de Wuhan.


Protéines et antigènes de coronavirus Numéro de brevet :

  • 10280199 Résumé : Les éléments divulgués ici sont des incarnations d’une méthode de collecte, d’extraction ou d’élution de protéines et d’antigènes de cellules infectées par des coronavirus. Le coronavirus peut être un coronavirus porcin, tel que le virus de la diarrhée épidémique porcine (PEDV) ou le delta coronavirus porcin (PDCoV).
    Sont également divulguées les concrétisations d’une composition comprenant les protéines et les antigènes du coronavirus, ainsi que les concrétisations d’une méthode d’utilisation d’une telle composition.
    Les applications de la composition comprennent, sans s’y limiter, l’utilisation dans la préparation d’anticorps contre les protéines et les antigènes, l’utilisation comme marqueurs de référence pour les protéines du coronavirus, et/ou l’utilisation dans une composition immunogène, telle que dans une composition de vaccin.
    Type : Subvention déposée : 4 août 2016 Date du brevet : 7 mai 2019 Cessionnaire : Inventeur : Phibro Animal Health Corporation : Byoung-Kwan Kim


  • Nouvelle souche de coronavirus Brevet N° EP 1 694 829 B1 à télécharger en PDF

    Pendant ce temps, le 18 octobre 2019, également avant l’épidémie, la Fondation Bill et Mélinda Gates, la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health et le World Economic Forum ont co-organisé un événement à New York où les décideurs, les chefs d’entreprise et la santé fonctionnaires ont travaillé ensemble sur une épidémie simulée de coronavirus.
    Intitulé pandémie de l’événement 201 : l’exercice de pandémie de haut niveau a fait tomber des participants en plein milieu d’une épidémie de coronavirus incontrôlée qui se propageait comme une traînée de poudre en dehors de l’Amérique du Sud pour faire des ravages dans le monde entier.

    En 2001, c’était une épidémie de variole, déclenchée par des terroristes dans les centres commerciaux américains.
    Cet automne, il s’agissait d’un virus semblable au SRAS, germant tranquillement parmi les élevages de porcs au Brésil avant de se propager dans tous les pays du monde.

    MERS covid contamination choléra

    On s’interroge sur l’origine du nouveau coronavirus, cousin de celui responsable du Syndrome Respiratoire Aigu Sévère qui avait tué 1 contaminé sur 10 en 2003.
    Il est apparu dans la ville chinoise de Wuhan, où se trouve le seul laboratoire chinois, ultra-moderne et soi-disant ultra sécurisé, travaillant officiellement sur le coronavirus dudit SRAS.
    Ce laboratoire, dont il n’existe que quelques dizaines d’équivalents (en termes de niveau de sécurité) dans le monde, avait été conçu et habilité, au sein de l’Académie Chinoise des Sciences, pour travailler sur les agents pathogènes les plus dangereux au monde, comme celui dit d’Ebola.
    Bien que la Chine ait, dans l’intérêt de la protection de l’humanité, prévu d’ouvrir 6 autres laboratoires du même niveau d’isolement d’ici 5 ans afin d’intégrer le petit groupe des grandes puissances médicales, seul celui de Wuhan est connu pour être opérationnel et déjà en service, et il est en tout cas, du moins en Chine et officiellement, le seul à cultiver le coronavirus du SRAS, à des fins scientifiques évidemment.

    C’est d’ailleurs certainement la proximité immédiate d’experts en la matière qui a permis d’identifier très rapidement cet agent pathogène qui, assure-t-on, aurait pu apparaître sur n’importe quel marché aux poissons n’importe où dans le monde, surtout dans un pays où se trouvent concomitamment des serpents et des chauves-souris, ledit coronavirus, dont les savants chinois savent déjà presque tout, aimant paraît-il passer d’un hôte à sang chaud à un hôte à sang froid, ou l’inverse.

    La coïncidence géographique, ou l’extrême sérieux du suivi médical quotidien exhaustif du milliard et demi de citoyens chinois, est certainement ce qui explique que le 8 décembre une personne fiévreuse et toussive, dans une cité de 11 millions d’habitants dont certainement quelques grippés d’hiver, ait été testée aux coronaviraux, un mois avant le premier décès officiel.
    L’agent pathogène nouveau aurait été identifié le 31 décembre, et le marché aux poissons de Huanan fermé le 1er janvier, les scientifiques chinois ayant reconstitué pendant la nuit l’itinéraire de ce coronavirus encore inconnu la veille.
    Le premier décès, jeudi 9 janvier, puis le deuxième, mercredi 15, ont confirmé la perspicacité de la médecine chinoise qui avait subodoré un danger dans l’apparent grippé du 8 décembre, et convaincu la mairie de fermer le marché aux poissons 3 semaines plus tard.

    Le monde ne serait déjà plus le même si ce coronavirus s’était manifesté dans un hameau de pêcheurs sans infirmier du Surinam ou d’Ethiopie, à mille lieues du laboratoire chinois totalement hermétique où est cultivé son cousin.
    Bien que n’ayant classé ce coronavirus que dans la catégorie de danger B, comme celui du SRAS et le rétrovirus du SIDA, les autorités sanitaires chinoises ont décidé d’appliquer les mesures de sécurité prévues pour la catégorie A, où sont classés la peste et le choléra.
    Le fondateur de Microsoft, Bill Gates, a prédit en 2018 qu’une nouvelle maladie pourrait tuer 30 millions de personnes en 6 mois, tandis que sa fondation a publié une simulation montrant une épidémie se propageant depuis la Chine, qui est actuellement confrontée à une situation grave pour gérer l’accélération de l’épidémie mortelle du coronavirus.

    Comme l’a montré une simulation conduite par le Centre pour la Sécurité Publique Johns Hopkins le 18 octobre dernier à New York, une épidémie par coronavirus pourrait aisément tuer 65 millions de personnes dans le monde en moins d’un an, même en cas d’annulation des liaisons aériennes dès la prise de conscience du danger.
    L’estimation peut certes paraître optimiste, en regard par exemple de la grippe dite espagnole de 1918, mais elle se veut solide puisque, comme le laboratoire Pirbright, elle a été co-financée par Bill Gates qui ne cache pas ses opinions en matière de dépopulation.

    grippe espagnole Jordan Sather grippe aviaire peste noire


    Le livre qui prophétise : 'The eyes of Darkness'

    Un thriller de 1981 de l'auteur Dean Koontz, ré-édité en 2005, parle d'un laboratoire militaire chinois qui crée un virus dans le cadre de son programme d'armes biologiques. Le laboratoire est situé à Wuhan, qui donne son nom au virus, Wuhan-400.
    Est-ce une coïncidence ou un cas d'écrivain visionnaire ?

    the eyes of Darkness Dean Koontz Wuhan-400 bacille

    Cette maladie du Coronavirus arrive à point nommé pour cacher la réalité économique ou tsunami financière que les gouvernements et banques ont mis en place avec leur dette fictive, crise de subprime, inflation, planche à billet...
    Ils cherchent à sauver le système corrompu actuel et non pas le peuple qui chaque jour s'appauvrisse.
    Cette pandémie permet de dissimuler aussi les bilans catastrophiques des banques donc de vos épargnes, patrimoines et vos économies !
    La planche à billet : évite le krach, la faillite, la dette fictive... mais on ne règle pas une inflation en ajoutant de l'inflation mais cela permet de gagner du temps pour préparer une stratégie de repli : Pandémie (créée en amont).

    Leur programme FEMA a déjà permis d'instaurer un climat de dictature par l'intermédiaire des forces de l'ordre avec l'immigration de masse pour justifier un climat de tension pour infiltrer la loi martiale et l'état d'urgence pour instaurer surtout un couvre-feu ou rendre illégale une grève (Gilets Jaunes) car les pertes de nos acquis sociaux ne font que commencer pour la satisfaction de Rothschild & Cie...
    Cette effondrement économique que je vous avais déjà annoncé, il y a 3 ans, devait être camoufler pour éviter aux vrais responsables de rendre des comptes donc un virus, une pandémie + mise en scène était l'équation gagnante.

    covid-19 coronavirus masque confinement

    Imaginez un jour, un vaccin tellement sécuritaire qu’on doit vous menacer pour le prendre !