LE SIDA, UNE CRÉATION DE L'HOMME POUR RÉDUIRE LA POPULATION MONDIALE :

LA PROGRAMMATION D'UN GÉNOCIDE MONDIAL :

Le document de 1971 du Dr Gallo est d’ailleurs identique à son annonce faite en 1984 sur le S.I.D.A.
Le compte rendu n° 8 page 273-286 prouve que nous avons inoculé le sida à des singes.
Depuis 1962, les États-Unis et le Dr. Robert Gallo ont infecté des singes et les ont relâchés dans la nature.
Ainsi, même des scientifiques du gouvernement sont stupéfaits de constater l’apparition soudaine du HIV-1 et HIV-2 chez deux espèces de singes d’origines différentes, au cours des cent dernières années. Une étude japonaise de 1999 révélera finalement l’origine anthropique du virus du S.I.D.A. chez les singes.

  • En 1918, le virus de la grippe tue des millions de gens sans crier gare.
    C’était un virus de la grippe modifié avec un mycoplasme aviaire pour laquelle les primates humains n’avaient aucune immunité acquise.
  • 1921, le théoricien de l’eugénisme Bertrand Russell, soutient publiquement la «nécessité d’organiser des fléaux contre la population noire.
  • 1931, des tests sont faits secrètement sur les Afro-Américains et expérimentons le S.I.D.A. sur les moutons.
  • 1935, nous apprenons que l’on pourrait cristalliser le mycoplasme du tabac et qu’il resterait infectieux.
  • 1943, ils commencent le programme de guerre biologique.
  • 1949, le Dr Bjorn Sigurdsson isole le virus Visna. Visna a été crée par l’homme et partage une partie de l’A.D.N. du V.I.H.
  • 1954, le Dr Bjorn Sigurdsson publie son premier article sur le virus Visna et s’impose comme le grand-père du virus du S.I.D.A.
  • 1957, le futur président américain, Gerald Ford (Franc-Maçon du 33ème degré) et quelques autres donnent au Pentagone la permission de déployer des agents biologiques pathogènes.

En 1974, Henry Kissinger (Franc-maçon du 33ème degré) produit son NSSM-200 (plan américain de lutte contre la surpopulation).
C'est le seul sujet de discussion lors de la Conférence mondiale de la population à Bucarest, en Roumanie.
En 1976, les États-Unis produisent le compte rendu n°13 du programme 'Spécial Virus'.
Le rapport prouve l’existence d’accords internationaux des États-Unis avec les Russes, Allemands, Britanniques, Français, Canadiens et Japonais.
Le complot visant à tuer des Noirs a un large soutien international.
Les hommes de l’ombre avaient gagné, tout le monde était d’accord pour secrètement abattre la population africaine.

Le docteur Robert Gallo de l’institut de virologie humaine de Baltimore aux U.S.A. affirme avoir crée intentionellement le virus du S.I.D.A. pour exterminer les humains.
La C.I.A. vise surtout à exterminer la race noire et les homosexuels.
En Avril 1984, le Dr Robert Gallo a déposé une demande de brevet aux États-Unis pour son invention, le virus V.I.H. / S.I.D.A.
Normalement, quand un brevet est déposé et approuvé, on doit payer une somme pour protéger le brevet payer une sorte de taxe or le Dr Gallo a pu déposer son brevet gratuitement.

LES SCIENTIFIQUES MONDIAUX ASSURENT AVEC 100% DE CERTITUDE QUE LE LABORATOIRE GENESIS A CRÉE LE VIRUS DU S.I.D.A.
La preuve scientifique est complète et convaincante, le virus du S.I.D.A. est une conception bi-produit du programme de virus spécial des États-Unis.
Le président Jimmy Carter autorise la poursuite du plan secret pour abattre la population noir.
En 1977, le Dr Robert Gallo et les scientifiques soviétiques se réunissent pour discuter de la prolifération des 66 000 litres de SIDA.
Ils intègrent le S.I.D.A. dans le vaccin de la variole pour l’Afrique et le vaccin expérimental de l’hépatite B pour Manhattan.

Un examen de la spéciale Graphique Virus Flow (logique de recherche) révèle les États-Unis cherchaient une particule de virus qui pourraient avoir un impact négatif sur les mécanismes de défense du système. Le programme cherche à modifier l’ordination de la particule virale au cours de laquelle pour l’épissure chez l’animal de grade d’associé maladie débilitante appelé 'Visna'.
Selon des rapports américains, le S.I.D.A. est un processus biologique, le développement de laboratoire du virus Visna en particulier, qui a été détecté chez le mouton islandais.
Le Dr Gallo a reconnu son rôle comme agent du projet pour le programme de développement du virus fédéral, le Virus spécial !
Les États-Unis veulent assassiner une grande partie de la population mondiale par le déchaînement d’un organisme biologique volant qui peut exterminer les sous-hommes.
Entre 1964 et 1978, le programme secret de 'virus fédéral' a dépensé 550 millions de dollars de trésorerie, du contribuable pour créer le S.I.D.A.

Les hommes de l’ombre avaient calculé avec précision que vous ne vous soucieriez pas de la mort de noirs et d’homosexuels.
En fait, vous ne vous souciez pas que près d’un demi-million de vétérans de la guerre du Golfe soient infectés par quelque chose de contagieux.
Bientôt, il n’y aura presque plus de population noir ni de militaires handicapés, les personnes âgées commenceront alors soudainement à mourir et vous n’auraient toujours rien compris.
Le 4 Novembre 1999, la Maison Blanche annonçait : "Dans un délai de cinq ans, tous les nouveaux infectés par le VIH aux Etats-Unis seront afro-américains …"

L’origine du S.I.D.A. est aussi à l’origine de presque tous les virus du cancer qui existent.
Le Lymphome, la leucémie et le SIDA sont une petite partie d’une longue liste de maladies crées par l’homme.
Ces cancers ont été développés dans un endroit appelé Fort Dietrich, Maryland, États-Unis, dans une installation de l’armée.


LA PROGRAMMATION DE L'ÉPIDÉMIE DU S.I.D.A. :

La fausse épidémie du sida dans les années 1980 a déclenché une peur mondiale, la peur d'avoir tout contact physique avec des personnes inconnues, mais aussi avec les plus proches.
Souvenez-vous de ce qu'on nous disait ?
Quand tu fais l'amour, tu ne le fais pas seulement avec cette personne, mais avec toutes celles avec qui cette personne a eu des rapports physiques.
C'était le vrai but de cette épidémie.
Le but était de nous faire vivre dans la peur pour limiter les accidents de grossesses.

Document officiel des archives de la Librairie du Sénat des États-Unis.
Le document (voir photo ci-contre) atteste que le virus du sida a été artificiellement créé par le Département de la Défense des États-Unis d'Amérique
Traduction :
Le programme Feasibility a été complété en 1974-1975 et le virus entre 1974 et 1979.
L'AIDS-laced amallpox vaccine a été commencée à être injecté chez plus de 100 millions d'africains en 1977.
A plus de 2000 homosexuels de race blanche (Operation Trojan Horse) il a été injecté avec le vaccin contre l'hépatite A modifié en 1978 au Centre de contrôle des maladies infectieuses et au centre de collecte de sang à New-York.
Le développement du virus avait apparemment deux objectifs :

  1. Arme politique / ethnique à utiliser contre les gens de couleur.
  2. La réduction programmatique de la population.

Le 29 juillet 1969, quelques jours après que le Département de la Défense ait demandé au Congrès 10 millions € de financement pour la recherche d'un agent pathogène biologique synthétique, une substance qui n'existe pas dans la nature et contre laquelle il n'est pas possible de développer une immunité naturelle. Le Président de la Task Force républicaine sur Earth Resources and Population (Population et ressources terrestres), l'honorable George H.W. Bush a souligné le besoin urgent d'actions destinées au contrôle de la population pour faire face à la "crise croissante dans le Tiers Monde".

En 1972, sous les auspices de l'Organisation Mondiale de la Santé, un programme de vaccination de masse des populations africaines contre la variole fût porté en avant.
Ce vaccin infecté avec le virus du sida a été administré à des millions de noirs africains indigents et dont le nombre croissait rapidement, problème qui préoccupait George H.W. Bush, parmi les autres membres de l'élite, les Rockefeller, le Club de Rome et les membres du Bilderberg depuis 1969.
Le virus du sida a été intentionnellement ajouté au vaccin contre l'hépatite-B.
Les études sur le vaccin contre l'hépatite B sont désormais sous clé et sous la garde du Département de la Justice à Washington et personne ne peut y accéder.