L'INTERDICTION DE CONSOMMER LE PORC ?

LE PORC FACE À LA SCIENCE :

Ces animaux connus aussi sous le nom de cochons domestiques ou cochons, sont réputés pour être sales parce qu’ils aiment se rouler dans la boue, mais aussi parce que ce sont des charognards.
Autrement dit, ils peuvent manger n’importe quoi y compris des matières fécales, des insectes ou encore des carcasses.
Ainsi, le régime alimentaire du porc à lui seul, peut expliquer pourquoi la viande de cet animal peut être dangereuse.
Cependant, d’autres facteurs sont aussi à prendre en considération :

  • La digestion rapide :
    Le système digestif du porc opère d’une manière assez différente.
    En effet, le temps de digestion chez cet animal se limite à 4 heures en moyenne, contrairement à 24 heures chez les vaches.
    Rappelons que le processus de digestion a pour fonction d’éliminer les toxines et autres substances susceptibles de nuire à la santé.
    En digérant de manière aussi rapide, le porc ne se débarrasse pas des toxines ingérées, qui vont par la suite être stockées dans ses tissus adipeux, qui seront consommés par l’Homme.

  • Les glandes sudoripares inexistantes :
    Les porcs ne possèdent pas de glandes sudoripares.
    C’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils se roulent dans la boue, parce que ça les aide à se rafraichir !
    Or, cette absence de glandes sudoripares signifie une absence de transpiration et donc un stockage plus important de toxines.
    La transpiration aide non seulement le corps à réguler sa température mais aussi à éliminer les toxines.
    Le porc ne dispose pas de cette action et retient donc ses toxines.

En outre, la viande de porc peut aussi être néfaste en raison de sa richesse en parasites.
En effet, le corps du porc contient beaucoup de bactéries qui peuvent entrainer des maladies pathogènes.
La consommation de viande de porc est principalement incriminée dans la contamination par le virus de l’hépatite E (VHE).
Le porc est considéré comme le principal réservoir du VHE en France. Il est à l’origine d’une transmission alimentaire, particulièrement les produits à base de foie cru ou peu cuits comme les saucisses de foie fraîches ou sèches, les figatelli corses…
Même cuits, ces produits sont vivement déconseillés chez les personnes à risque, tels que les patients immunodéprimés, atteints d’une hépatopathie chronique préexistante, et les femmes enceintes.

le porc le cochon Hépathite E les parasites

Vous ne mangerez pas le porc, qui a la corne fendue, mais qui ne rumine pas :
vous le regarderez comme impur. Vous ne mangerez pas de leur chair...
Bible Deutéronome 14 Verset 8


Consommer de la viande de porc mal cuite ou crue augmente le risque de trichinose.
Il s’agit d’une maladie parasitaire causée par un ver, la trichine.
Généralement, cette maladie généralement silencieuse au début, peut se manifester par une diarrhée ou des douleurs abdominales.
Par la suite, surviennent d’autres symptômes plus visibles comme la fièvre, les troubles oculaires, des douleurs musculaires et articulaires.
D’après une enquête du Consumer Reports, la viande de porc est contaminée par une autre bactérie dangereuse.

En effet, selon les données, 69% des échantillons de viandes porcines crues qui ont été testés sont contaminés par Yersinia enterocolitica.
Cette bactérie peut causer de nombreux troubles de la santé, notamment des crampes, de la fièvre, des vomissements, de la diarrhée ainsi que d’autres problèmes gastro-intestinaux.
Il a également été reporté que la viande porcine peut contenir une substance controversée connue sous le nom de ractopamine.
Il s’agit d’un médicament dopant utilisé pour augmenter la masse musculaire et réduire le taux de graisse.

LES PARASITES Y PROLIFÈRENT :

Par ailleurs, il est connu de tous que les porcs sont des hôtes à plusieurs virus, parasites ou vers, qui peuvent facilement être transmis à l’Homme.
On retrouve notamment :

  • Le ténia
  • L’hépatite E
  • Le virus Nipah
  • Le virus Menangle
  • Le syndrome dysgénésique et respiratoire

Tous ces parasites peuvent causer de graves problèmes de santé, pouvant durer de nombreuses années.
L’enterocolitica est un microorganisme dangereux qui peut être trouvé dans le corps de cet animal.
Il provoque des accès de fièvre, des crampes, des vomissements et de la diarrhée.
Un autre contaminant trouvé dans le corps des porcs est la ractopamine qui peut même causer la mort lorsqu’il est consommé.
Par ailleurs, l’intestin du porc est le lieu préféré pour la Taenia solium qui provoque la contamination des tissus et la perte d’appétit.
L’ascaris parasite Trichinella provoque un œdème, un malaise, des myalgies, et de la fièvre.
D’autre part, l’infection Menangle provoque la migraine, la transpiration, et des frissons. L’irritation virale de l’hépatite E provoque une fatigue et des nausées.

Pour éviter tous ces problèmes de santé, les parasites intestinaux du porc doivent nécessairement être détruits.
Cette destruction peut être obtenue par la cuisson de la viande du porc à des températures élevées.
De même, le porc cru ne doit pas être mis en place avec des produits qui peuvent être consommés crus.
Toujours se laver les mains après avoir touché le porc cru, et quand vous achetez de la viande du porc, assurez-vous qu’elle ne contient pas de produits chimiques, de la ractopamine, des antitoxines, ou des médicaments.

La consommation du porc est très nocive pour la santé à bien des égards. Ces maux n'ont toujours pas disparu malgré toutes les précautions d'hygiène qui sont prises. En tout premier lieu, quel que soit le degré de propreté des fermes et de l'environnement dans lesquels il est élevé, le porc est par nature un animal sale.
Il joue bien souvent dans ses excréments et les consomme aussi.
En raison de ces caractéristiques éthologiques et de son organisation biologique, le porc produit des taux d'anticorps plus élevés que tout autre animal.

De plus, on a enregistré chez cet animal un taux d'hormones de croissances bien plus élevé que celui chez les autres animaux et chez l'homme. Naturellement, ces quantités abondantes en anticorps et en hormones de croissance se répartissent dans les muscles via la circulation sanguine.
La viande de porc présente une teneur très élevée en cholestérol et en lipides.
Il a été prouvé scientifiquement que les quantités significatives d'anticorps, d'hormones, de cholestérol et de lipides mesurées chez le porc représentent une sérieuse menace pour la santé humaine.
Le porc ne peut pas être égorgé tout simplement parce qu'il n'a pas de cou ?

L'existence d'un nombre d'individus obèses supérieur à la moyenne dans les populations de pays tels que les Etats-Unis et l'Allemagne, où une grande quantité de porc est consommée, est maintenant bien connue. Lorsque exposé à une quantité excessive d'hormones de croissance résultant d'une alimentation à base de porc, l'organisme humain prend du poids puis souffre d'une déformation physique. Il faut savoir que lorsque les larves de trichine pénètrent dans le corps humain, elles s'enkystent directement dans les muscles du coeur et peuvent représenter une menace fatale.

LE PORC ET L’ACIDE URIQUE :

C'est le meilleur charognard pour nettoyer les villages où il n'y a pas de toilettes modernes et où les villageois font leurs besoins à l'extérieur, très souvent, ce sont les porcs qui les débarrassent de leurs excréments en les mangeant.
La Bible et le Coran nous mette en garde contre cette source de toxicité, démontrée uniquement à l'aide de l'équipement médical moderne et des tests biologiques.
Toutes les mesures de précaution et les inspections effectuées dans les élevages de porc, n'ont en rien changé le fait que la viande issue de cet animal est physiologiquement incompatible avec l'organisme humain et qu'elle constitue toujours une alimentation nocive pour la santé humaine.

L'acide urique est produit par la dégradation des purines naturellement présentes dans les aliments d'origine végétales et animales par l'organisme.
Il est normalement éliminé par l'intestin et les reins, et expulsé par les urines.
Les recherches scientifiques ont démonté que la consommation de la viande porcine qu'elle soit (jambes, cuisse, baccon, foie...) est très nocif pour la santé :
En effet, le corps humain contient de l'acide urique, cet acide à un effet très nocif pour la santé.

Pour cette raison, le corps humain en évacua 98% par voie urinal et en garde 2% dans le corps.
À l'inverse, le cochon, qui est réputé pour sa grande variété de consommation (foin, viande, herbe, il mange même les hommes) n'évacua pas ces déchets par voie urinal.
Ceci étant stocké dans son corps.
Le corps du cochon garde donc 98% d'acide urique dans son corps pour n'en évacuer que 2% !
Nous avons vu que cette acide est très nocif pour la santé !
Donc la viande porcine contient dans toute sa surface de la matière grasse et 98% d'acide urique.

Les conséquences de l'hyperuricémie :
Les taux élevés d’acide urique peuvent s’expliquer par Les hyperuricémies idiopathiques ou primitives.
Elles représentent la grande majorité des cas, elles sont souvent associées à l'obésité, l'hypertension artérielle, le diabète et l'hypertriglycéridémie...
Et par Les anomalies enzymatiques rares.
Elles sont rencontrées notamment dans la maladie de Von Gierke et la maladie de Lesch-Nyhan.

Ces anomalies enzymatiques ont pour particularité d'engendrer des crises de gouttes très précocement, c'est à dire dans les vingt premières années de la vie.
L'hyperuricémie peut provoquer deux types de problèmes :
La goutte responsable de douleurs articulaires de type inflammatoire.
Lorsque les microcristaux d’acide urique dissout dans le sang sont en trop forte concentration et que les conditions locales sont favorables (notamment une acidité du milieu suffisante), ils précipitent et entraînent une inflammation locale.
Les lithiases urinaires.
Elles sont dues à la présence d'un ou de plusieurs calculs dans les voies urinaires et sont responsables de coliques néphrétiques.

Il ne vous interdit que la consommation d’animaux qui meurent d’eux-mêmes (sans interférence humaine), le sang, la viande de porc et les animaux dédiés à un autre que Dieu.
Si quelqu’un est obligé (d’en manger), sans que ce soit criminel ou délibéré, il n’encourt aucun péché. Dieu est Pardonneur, le plus Miséricordieux.
Coran sourate 2 verset 173


L'érysipèle porcine est causée par une bactérie appelée Erysipelothrix rhusiopathiae.
Beaucoup de mammifères, de poissons et de volailles dans le monde en sont porteurs, mais les porcs sont le réservoir le plus important.
Elle peut aussi survivre jusqu'à un mois dans le sol. Les porcs peuvent être infectés lorsqu'ils l'ingèrent avec de la terre ou dans de l'eau contaminée, et les humains peuvent être infectés lorsque la bactérie rentre dans la peau humaine à travers de petites égratignures ou des blessures.

Il est plus probable que cela se produise lors de l'abattage et le traitement subséquent des carcasses porcines, lorsque les bouchers manipulent des objets tranchants (par exemple, des couteaux et des crochets) et de la viande, des sécrétions nasales, de l'urine ou des fèces contaminées sans l'équipement de protection approprié (par exemple, des gants en maille).
Chez les porcs, la maladie peut provoquer des lésions différentes dont les principales caractéristiques, dans la phase aiguë de la maladie, sont les lésions cutanées en forme de losange et d'une couleur rouge, raison pour laquelle on l'appelle souvent le Mal Rouge.
Transmises à travers l'air, la peau ou des vecteurs, particulièrement chez les personnes exposées plus fréquemment à ces voies de transmission à cause de leur métier :

  • Bacillus anthracis
  • Brucella suis
  • Coxiella burnetii
  • Erysipelothrix rhusiopathiae
  • Virus influenza
  • Leptospira interrogans
  • Complexe Mycobacterium avium intracellulaire (MAIC)
  • Rage
  • Sarcoptes scabiei var. suis
  • Streptococcus suis
  • Trypanosoma spp.
  • Tunga penetrants

Transmises à travers l'ingestion du pathogène dans la viande ou sur la surface de la viande :

  • Ascaris suum
  • Campylobacter spp.
  • Cryptosporidium spp.
  • Echinococcus spp.
  • (toxigène) Escherichia coli
  • Giardia duodenalis
  • Hepatitis E
  • Listeria spp.
  • Salmonella spp.
  • Sarcystis suihominis
  • Staphylococcus aureus coagulase-positive
  • Taenia solium, larval
  • Toxoplasma gondii
  • Trichuris suis
  • Trichinella spp., larvaire
  • Yersinia entérocolique

Dans les chaînes d'approvisionnement de porcs, les employés de chaque niveau peuvent également être exposés à des risques de maladies professionnelles à cause de leur travail avec les porcs.
L'éleveur, un vétérinaire ou le transporteur d'animaux vivants peuvent se faire mordre par un animal ; mais à part le danger physique, les porcs peuvent être porteurs de maladies potentiellement infectieuses pour les humains qui peuvent être transmises à travers le contact ou la manipulation d'animaux infectés.
Le niveau d'exposition dans l'exploitation ou pendant le transport dépend en grande mesure du type de production ; par exemple, les éleveurs commerciaux qui gèrent des exploitations de centaines ou de milliers d'animaux généralement n'ont pas un contact étroit avec leurs animaux et, s'ils l'ont, ils utilisent pour la plupart des équipements de protection.
Dans les pays à faibles revenus où les porcs sont élevés principalement par de petits éleveurs dans des systèmes de production extensive, en contact avec l'environnement, les infections par des maladies provenant des porcs sont beaucoup plus habituelles et couvrent un large éventail, et comprennent les vers gastro-intestinaux, la brucellose ou des infections par les virus de l'influenza porcine zoonotique.