LE NOMBRE D'OR :

LE NOMBRE D'OR 1,618 PROUVE LA VRATION :

On le désigne par la lettre grecque [phi] en hommage au sculpteur grec Phidias (490-430 avant J.C) qui décora le Parthénon à Athènes.
C'est Théodore Cook qui introduisit cette notation en 1914.
La pyramide de Khéops a des dimensions qui mettent en évidence l'importance que son architecte attachait au nombre d'or.

Le plus célèbre des monuments étudiés sous le rapport du nombre d’or (1,618) est le Parthénon.
Pour ce monument, J. Hambidge, F. Lund et E. Moessel, principaux auteurs à avoir cherché la Divine Proportion dans l’architecture grecque, restituent 3 types de tracés géométriques différents, mais qui font tous appel au rapport (1+√5)/2.
Ainsi F. Lund voit dans la façade un pentagone régulier et un pentagramme inscrits dans un cercle, lui-même inscrit dans un carré.
Le problème est que l’on pourrait tracer bien d’autres figures à partir des plans de tous ces monuments et que le nombre d’or semble être présent au même titre que d’autres chiffres très fréquents.

LA SPIRALE DU RECTANGLE D'OR :

Cette spirale est une 'fausse' spirale parce qu'elle est constituée d'arcs de cercles au lieu d'avoir une variation continue du rayon.
Cependant les raccordements des arcs sont parfaits car la condition de tangence est respectée.
Les centres des arcs sont à chaque fois situés sur la même droite perpendiculaire à cette tangente. Cette courbe est connue sous le nom de 'spirale logarithmique'.
Elle s'enfonce sans fin et tend rapidement vers un point Z autour duquel elle s'enroule de plus en plus près. Ce point est appelé le centre de la spirale.
Appelée spirale de Bernoulli, elle a de nombreuses propriétés. L'une d'elles est que le segment de droite qui joint le centre Z à un point de la courbe croît en progression géométrique.

La longueur du rayon vecteur est multipliée par le nombre d'or chaque fois que sa direction tourne d'un quart de tour.
Si nous traçons une diagonale entre le coin supérieur droit et le coin inférieur gauche, puis entre le coin supérieur gauche et le coin inférieur droit du rectangle d'or plus petit, le point d'intersection est le point de convergence de tous les rectangles d'or plus petits.
De plus, le rapport des longueurs de ces deux diagonales est égal au nombre d'or.
On appelle quelquefois l'œil de Dieu le point de convergence de tous les rectangles d'or.

Aujourd’hui, De Vinci n’est plus le seul artiste dont l’œuvre laisse entrevoir les diverses manifestations de la proportion d’or, que ce soit à travers le rapport des côtés d’un rectangle ou dans des formes géométriques plus complexes.
De nombreux peintres ont fait appel après lui à ces fondements théoriques. En témoignent Georges Seurat ou Edward Burne-Jones.
Salvador Dali, quant à lui, réalisa avec sa toile La Cène une œuvre extraordinaire dans laquelle la divine proportion joue un grand rôle.
Il ne s’agit pas seulement des dimensions de la toile : 268 × 167 cm, soit un rectangle d’or quasi parfait, mais surtout du monumental dodécaèdre qui préside la scène sacrée.
Les solides réguliers qui comme celui-là s’inscrivent parfaitement dans une sphère sont intimement liés au nombre d’or.
Quelle règle géométrique d’une inégalable harmonie se cache dans l’œuvre de grands artistes et architectes, de Vitruve à Le Corbusier en passant par Léonard de Vinci et Salvador Dali ?

... Et toute chose a auprès de Lui sa mesure.
Coran sourate 13 verset 8


DIEU SOUS LA LUMIÈRE DE LA SCIENCE :

L’évolution au sens macro-évolution ne peut expliquer notre univers et l’être humain.
Toutes les découvertes tendent désormais en faveur d’un créateur intelligents.
La macro-évolution (mutation des espèces en de nouvelles espèces) n’a jamais pu être démontrée scientifiquement !
La Bible et le Coran affirme dans sa lecture littérale que la Terre aurait été créée en six jours.
En outre, s’il ne s’agissait pas de jours solaire (24h) tel qu’on l’entend, il est intéressant de noter que le mot [jour] (en hébreux/araméen/arabe) est utilisé dans le texte pour signifier une période de temps, une ère (géologique).

Des scientifiques évolutionnistes transforment la théorie de l’évolution en une doctrine religieuse matérialiste ne s’appuyant plus sur les travaux de Darwin, Lamarck... mais sur une philosophie matérialiste qui peut-être très destructrice : le darwinisme.
Selon certains experts, le darwinisme est une déformation de la théorie de la sélection naturelle, faisant passer celle-ci du statut d’explication de l’évolution des êtres vivants à celui de précepte appliqué aux populations et sociétés humaines.
Cela peut aboutir à des horreurs comme le colonialisme, l’eugénisme, le fascisme et surtout le nazisme.
Songez que l’eugénisme est étroitement lié au darwinisme.
L’idée eugénique nazie fut calquée sur le modèle américain visant les handicapés de toutes sortes et autres personnes jugées inférieures, pour ne pas les laisser se reproduire.

UNE ORIGINE UNIVERSELLE :

Notre première ancêtre commun appelé dans le monde scientifique “Eve mitochondriale”.
C'est le nom donné à la femme considérée comme la plus récente ancêtre commune par lignée maternelle de l'Humanité.
Son existence est attestée par la démonstration qu'il y a une lignée unique de mitochondries dans les cellules de tous les humains.
Les mitochondries sont des organites cellulaires qui ne sont transmis que par l'ovule de la mère et il a été démontré que tous les A.D.N. mitochondriaux humains ont une origine commune.

LA PREUVE D'UNE ÂME :

Songer également aux Expériences de Mort Imminentes vécues par des millions de personnes et aujourd’hui étudiées pas de nombreux scientifiques à travers le monde.
Les E.M.I apportant des preuves sérieuses que l’esprit n’est pas le produit du cerveau.

Louis Pasteur
Il affirme : "Un peu de science éloigne de Dieu, mais beaucoup y ramène."

Avicenne
En Occident, il était l'un des plus grand savants du monde musulman à l'époque médiévale, il fut à la fois philosophe, médecin, mathématicien et astronome.
Il affirme à propos de sa foi en dieu : "Beni soit Dieu le meilleur des créateurs, et louange à Dieu seigneur de l'univers."

William Thomson
Mieux connu sous le nom de Lord Kelvin, était le grand physicien, fondateur de la thermodynamique.
Il disait : "La science affirme positivement l'existence d'un pouvoir créateur qu'elle nous pousse à accepter comme un article de foi... Ne soyez pas effrayé d'être des penseurs libres. Si vous pensez suffisamment fort, vous serez contraints par la science à croire en Dieu."

... et Dieu a assigné une mesure à chaque chose.
Coran sourate 65 verset 3


L'EXISTENCE DE DIEU FACE À LA SCIENCE :

Peut-on scientifiquement prouver l'existence de Dieu ?
Définissons d'abord ce que l'on entend par scientifique.
Etes-vous d'accord pour les 3 critères suivants ?

  • Observation
  • Mesure
  • Reproduire

C'est bien connu, ceux qui ont la foi en Dieu, statistiquement, vivent plus vieux et en meilleure santé que les athées.
Ce fait, on l'a observé, mesuré statistiquement et on peut répéter l'observation dans une variété de cultures différentes.
On a démontré scientifiquement l'existence de l'atome, la cellule, les acariens, les bactéries...
Et pourtant, les a-t-on déjà vu avec nos yeux ?
Non ! Car notre perception de la vue est limitée, nous ne pouvons voir les rayons gamma, les ultraviolets, les ondes... Nous avons besoin pour cela d'appareils de mesure moderne.
Le fait de ne pas les voir ne prouve pas sa non existence !

Mais, me direz-vous, comment pouvons-nous observer une forme de signature (oeuvre) qui démontre la création par un Concepteur ?
J'ai envi de vous dire, par l'observation sincère et intègre ; observez donc sa signature qui est représenté par la forme spirale et le nombre d'or !

Si la Terre était plus petite, une atmosphère serait impossible.
Si la Terre était plus grosse, son atmosphère contiendrait de l’hydrogène libre.
La Terre est la seule a avoir connu une atmosphère suffisamment équilibrée en gaz pour maintenir la vie végétale, animale et humaine.
La nature instaure des conditions idéales à la vie sur Terre, est-elle pourvue d'un raisonnement.
Considérez les variations de température que nous subissons, d’environ -35°C à + 50°C.

Si la Terre était plus éloignée du soleil, nous serions tous congelés. Si elle était plus proche, nous serions tous carbonisés.
Les informations génétiques qui composent l'A.D.N. la complexité de la cellule...
En gelant, l’eau se solidifie d’abord à partir de la surface, puis la glace flotte, permettant aux poissons de survivre en hiver.
Est-ce la nature qui a eu ce raisonnement ?
Le cycle de l'eau qui permet la préservation des êtres vivants et de le purifier.
Mettre la respiration hors contrôle du cerveau pour nous empêcher de mourir durant notre sommeil, dame nature y a pensé ?
Richard Feynman, célèbre pour ses travaux sur l'électrodynamique quantique, a dit : "Pourquoi la nature est-elle mathématique ?"

Nous avons créé toute chose avec mesure.
Coran sourate 54 verset 49


LA NATURE ET LES NOMBRES :

Avez vous déjà regarder avec attention la position des pétales de fleurs ?
Comptez les pétales des fleurs que vous apercevez.
Dans la plupart des cas, le nombre auquel vous arriverez sera l’un de ceux-ci : 1, 2, 3, 5, 8, 13, 21, 34, 55, 89…
Un iris aura 3 pétales, un bouton d'or 5 et la marguerite 21, 34, 55 ou 89.

Ces nombres font partie d’une série bien connue des mathématiciens, "la suite de Fibonacci", du nom de son découvreur, l’Italien Léonard de Pise, dit Fibonacci.
Cette suite relativement simple a plusieurs propriétés remarquables.
L’une d’entre elles est sa relation avec le célèbre nombre d'or.
Le nombre suivant est obtenu en additionnant les deux derniers de la liste. On commence donc par la somme de 1 et 1, puis on ajoute le résultat au bout de la série, qui devient alors 2.
On additionne ensuite 1 + 2 = 3 et ainsi de suite, ce qui donne : 1, 1, 2, 3, 5, 8, 13, 21, 34, 55, 89…

Cette série de nombre est en fait omniprésente dans le monde végétal.
Non seulement le nombre de pétales d’une fleur est-il généralement un nombre de Fibonacci.
L’utilisation optimale de l’espace.
Ainsi, des travaux ont montré qu’un angle de 137,5° permet de disposer les feuilles autour de la tige de telle manière qu’elles ne se fassent pas trop d’ombre entre elles, ce qui maximise la surface du feuillage exposée à la lumière.

Si cet angle était autre, les feuilles du haut nuiraient davantage à celles du bas.
Enfin, pour ce qui est des fleurs, il semble que disposer ses graines en deux familles de spirales dont le nombre de bras est deux nombres de Fibonacci consécutifs permette d’en faire entrer un maximum dans un espace donné.
Tout autre agencement comporterait apparemment des trous.