LE SOLEIL, LA LUNE ET LES MARÉES:

LE PHÉNOMÈNE DES MARÉES :

La combinaison des emplacements Soleil et Lune crée très probablement des courants électromagnétiques. Les marées ne se produisent que dans les océans, jamais dans les ruisseaux, les rivières ou les marais. L’océan est composé d’eau salée et le sel est un conducteur d’électricité et possède donc un champ électromagnétique. Les molécules de sel sont constituées d'ions sodium et d'ions chlore, et un ion est un atome doté d'une charge électrique.
L'eau est naturellement diamagnétique, ce qui signifie qu'elle repousse un champ magnétique. Il crée un champ magnétique en opposition à un champ magnétique appliqué de l'extérieur.
Le soleil rapproché est une énergie électromagnétique positive qui repousse l'eau dans l'océan, créant des marées basses et la lune est une énergie électromagnétique négative provoquant des marées hautes. Ils travaillent ensemble comme une machine parfaitement conçue.
Si vous observez une carte de la Terre plate, la trajectoire du soleil tout au long de l’année (tropique du Cancer au tropique du Capricorne) est exactement là où se trouvent les marées les plus extrêmes sur Terre.
Lorsque le soleil et la lune sont parfaitement alignés sur une Terre plate, les marées sont les plus hautes.

Il n’y a également jamais eu une seule expérience dans l'histoire montrant un objet suffisamment massif qui, en vertu de sa seule masse, provoquerait une autre plus petite masse plus petite à orbiter autour de lui. La théorie magique de la gravité permet aux océans, aux bâtiments et aux gens de rester à jamais coincés dessous une boule tournoyante, tout en causant simultanément l’enfermement à jamais d’objets comme la Lune et les satellites dans des orbites circulaires perpétuelles autour de la Terre. Si ces deux effets étaient exacts, alors les gens devraient être en mesure de bondir et se lancer en orbite en cercles autour de la Terre, ou la Lune aurait dû depuis longtemps être aspirée dans la Terre.
Aucune de ces théories n’a été vérifiée expérimentalement jusque-là et leurs résultats présumés s’excluent l’un l’autre.
Il est communément enseigné, que les marées océaniques de la Terre sont causées par l'attraction gravitationnelle lunaire.

Cependant, si la lune a un diamètre de seulement 3 475 km et la terre de 12 872 km, en utilisant leurs propres mathématiques et loi, il en résulte que la Terre est 87 fois plus massive et donc le plus grand objet devrait attirer le plus petit à elle, et non l'inverse. Si la gravité plus grande de la Terre est ce qui maintient la lune en orbite, il est impossible pour la gravité moindre de la lune, de supplanter la gravité de la Terre, en particulier au niveau de la mer sur la Terre, où son attraction gravitationnelle serait encore plus victorieuse sur celle de la lune. Et si la gravité de la lune supplantait vraiment celle de la Terre, causant l’attraction des marées vers elle, il ne devrait rien y avoir en vérité pour les empêcher de continuer au-delà et vers le haut en direction de leur grand attracteur.


  • La lumière du soleil est dorée et jaune, la pleine lune est blanche et bleue.
  • La lumière du soleil sèche et se conserve tandis que la lumière de la lune est humide et putréfiante.
  • Les rayons du soleil peuvent éteindre un feu commun alors que la lumière de la lune va augmenter la combustion.
  • La lumière du soleil sur certains produits chimiques provoque un changement de couleur tel que procédés photographiques. La lumière de la lune ne produit pas le même effet.
  • La lumière de la lune une fois concentrée produit une mise au point brillante, si lumineuse qu’elle est difficile à regarder, et pourtant il n’ya pas d’augmentation de température.
  • En plein soleil, un thermomètre indiquera une valeur plus élevée qu'un autre thermomètre placé à l'ombre,
    mais durant la pleine lune, un thermomètre indiquera une valeur inférieure à celle d'un autre placé à l'ombre de la lune.

En outre, la vitesse et la trajectoire de la lune sont uniformes et devraient donc exercer une influence uniforme sur les marées de la Terre, alors qu'en réalité les marées de la Terre varient considérablement et ne suivent pas la lune. Les lacs de la Terre, les étangs, les marais et autres plans d'eau à l’intérieur des terres restent aussi inexplicablement toujours en dehors de l’emprise gravitationnelle de la lune.
Si la gravité attirait vraiment les océans de la Terre vers la lune, tous les lacs, les étangs et autres plans d'eau stagnante devraient certainement avoir des marées eux aussi.


Aussitôt après ces jours de détresse, le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière,
les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées.
Bible Matthieu 24 verset 29

Les autres planètes sont selon eux des sphères et donc, par conséquent, la Terre doit également être une sphère.
Premièrement, la Terre est plane et n'est pas une planète, de sorte que la forme de ces planètes dans le ciel n’ont aucune incidence sur la forme de la Terre sous nos pieds.
Deuxièmement, ces planètes sont connues depuis des milliers d'années à travers le monde comme des 'astres errants', car ils sont différents des autres étoiles fixes dans leurs mouvements relatifs seulement. Quand on les regarde à l’oeil nu sans préjugés, ou à travers un télescope, les étoiles fixes et les astres errants apparaissent comme des disques lumineux clairs, PAS COMME DES GLOBES. Toutes les photos et les vidéos des planètes de terre ferme sphériques diffusées par la N.A.S.A. sont de toute évidence des images truquées (C.G.I.) générées par ordinateur, ce ne sont pas des photos.

Le soleil est un projecteur qui brille et éclaire une zone définie.
Si vous êtes à l'extérieur de ce flux de lumière, vous ne pouvez pas voir le soleil et donc il fait nuit.
Le coucher de soleil est donc dû au fait que le soleil ne brille plus sur vous.
Le soleil est toujours quelque part orbitant entre les tropiques du Cancer et du Capricorne, c'est-à-dire à une distance inférieure à 4 800 kilomètres.
Comment un astre qui fait, selon les scientifiques, 1 391 684 km de diamètre, pourrait-il rentrer entre ces deux tropiques ?

La lune se déplace autour de nous dans des cercles en spirale au-dessus de la Terre plate et stationnaire, se déplaçant de tropique en tropical pendant six mois, dans une trajectoire presque identique à celle du soleil.
Le degré dépendant de l'emplacement, la lune couvre les 360° de rotation.
La science traditionnelle simplifie ce fait et déclare que la lune se trouve tout à fait au Nord de l'équateur et à l'envers au Sud de l'équateur.
Ce n’est pas vrai ! Il semble tourné vers différents observateurs situés à différents endroits.
Si la Terre et la lune étaient toutes les deux des sphères, alors les humains du grand Nord verraient une face de la lune différente de celle du grand Sud, avec quelques chevauchements.

On nous dit que l’attraction gravitationnelle de la lune crée à elle seule les marées, mais c’est également faux !
Si la lune avait un diamètre de 3 474 km et la Terre de 12 875 km, la Terre serait 87 fois plus grande et attirerait la plus petite masse (la lune), et non l'inverse !
On nous dit que la gravité plus forte de la Terre maintient la lune en orbite. Comment la gravité plus faible de la lune peut-elle l'emporter sur la gravité de la Terre aux points les plus bas de la Terre (niveau de la mer et en dessous du niveau de la mer) ?

Si la force magique nommée 'gravité' pesait l’erreur, tous les arbres ressembleraient à des saules, et toutes les fleurs se faneraient en forme de [n].
Les marées de la Terre varient considérablement.
Par exemple, près de l'île de Wight, il y a 4 marées par jour.
Certaines plages ont des marées qui vont loin, alors que d'autres moins.
La carte des marées principale n’est pas uniforme et ne serait pas causée par un seul corps se déplaçant harmonieusement d’Est en Ouest.

L'étymologie du mot [planète] provient en réalité du vieil anglais tardif [planete], du vieux francais [planete] (francais moderne planète ), de [planeta] en latin, du grec [planetes], venant de (asteres) [planetai] "errantes (étoiles)," de [planasthai] 'errer', d'origine inconnue. Et avion 'surface plane' du latin [Planum] "surface plane, plane, de niveau, plaine", [planus] "plat, de niveau, régulier, plaine, clair" Ils ont juste ajouté un [t] à notre Terre plane et tout le monde l'a gobé !

Dieu dit : "Qu'il y ait un firmament entre les eaux, et qu'il sépare les eaux d'avec les eaux."
Et Dieu fit le firmament, et il sépara les eaux qui sont au-dessous du firmament d'avec les eaux qui sont au-dessus du firmament. Et cela fut ainsi.
Dieu appela le firmament Ciel. Et il y eut un soir et il y eut un matin ; ce fut le second jour.
Bible Genèse 1 verset 6 à 8

Lorsque vous observez le soleil et la lune vous voyez deux cercles équidistants de tailles identiques suivant des chemins similaires à des vitesses similaires, autour d'une Terre plate et stationnaire. Les experts de la N.A.S.A. cependant, prétendent que le bon sens que vous expérimentez tous les jours est faux à tous les égards.
Pour commencer, ils disent que la Terre n’est pas plate, mais une sphère ; pas stationnaire, mais tournant à environ 30 km/seconde ; ils disent que le soleil ne tourne pas autour de la Terre comme il en a l’air, mais que la Terre tourne autour du Soleil ; d'autre part la Lune, elle, tourne autour de la Terre, bien qu’elle ne tourne pas d’Est en Ouest comme il nous semble, mais plutôt d’Ouest en Est ; et le soleil est en fait 400 fois plus grand que la lune et 400 fois plus loin ! Vous pouvez clairement voir qu'ils sont de la même taille et à la même distance, vous pouvez voir que la Terre est plate, vous pouvez sentir que la terre est stationnaire, mais selon l'évangile de l'astronomie moderne, vous avez tort et êtes ignorant digne d’être ridiculisé sans fin si vous osez faire confiance à vos propres yeux (observation) et à votre expérience.

Les chiffres astronomiques des héliocentristes ont toujours l’air d’être parfaitement précis, mais ils sont connu pour avoir été, dans le passé, modifiés régulièrement et de façon drastique, pour s’adapter à leurs différents modèles.
Par exemple, en son temps Copernic a calculé et donné pour distance de la Terre au soleil : 5 456 440 kilomètres.

Le siècle suivant Johannes Kepler a décidé que la distance était en fait de 19 914 271 kilomètres. Isaac Newton a dit une fois : "Il importe peu que nous l’estimions à 45 ou 86 millions de kilomètres de distance, car les deux iraient tout aussi bien !"
Comme c’est scientifique !?
Benjamin Martin a calculé entre 130 et 131 millions de kilomètres, Thomas Dilworth revendiqua 150 806 582 kilomètres, John Hind a déclaré carrément 153 334 900 kilomètres, Benjamin Gould a déclaré plus de 154 millions de kilomètres, et Christian Mayer a pensé qu'il était à plus de 167 millions !
Inversement, les défenseurs de la Terre Plate à travers les âges, ont utilisé des sextants et la trigonométrie plane pour faire ces calculs et ont trouvé que le soleil et la lune, tous les deux, avaient seulement environ 51 kilomètres de diamètre et étaient à moins de quelques milliers de kilomètres de la Terre.
Les images prises par des ballons amateur au-dessus des nuages, ont fourni la preuve visuelle étonnante que le soleil ne peut pas être a des millions de kilomètres. Dans plusieurs photos vous pouvez voir un point chaud clair réfléchissant sur les nuages directement en-dessous de l’influence du soleil agissant comme un projecteur. Si le Soleil était effectivement à 150 millions de kilomètres de là, un si petit point chaud localisé ne pourrait pas se produire.

Citation d’Allen Daves : "Imaginez que le gouvernement ou la N.A.S.A. vous aient dit que la Terre est stationnaire. Et puis imaginez que nous essayons de convaincre les gens que 'non, non elle n’est pas stationnaire', elle avance à 32 fois la vitesse dune balle de fusil et tourne à 1 609 km/h. On se moquerait de nous !
Il y aurait tellement de gens qui nous dirait : vous êtes fou, la Terre ne bouge pas !"
Nous serions ridiculisés pour n’avoir aucune preuve scientifique de cette théorie alambiquée du mouvement de la Terre. Et non seulement cela les gens diraient : "oh alors comment expliquez-vous une atmosphère fixe, calme et le mouvement observable du soleil, comment expliquez-vous cela ? Imaginez dire aux gens : non, non, l'atmosphère se déplace également, mais elle est d’une certaine manière 'velcro-isée' à la terre en déplacement, comme par magie. La raison n’est pas simplement parce que la Terre est stationnaire."
Donc ce que nous faisons est, de fait, logique.
Nous disons que la théorie de la Terre en mouvement est une absurdité.
La théorie de la Terre stationnaire a un sens et nous sommes ridiculisés.

Vous devez vous imaginer que ce soit dans l'autre sens, POUR RÉALISER LE RIDICULE de cette situation. Cette théorie du Gouvernement et de la NASA et Walt Disney, que la Terre est en rotation et en orbite, se penchant et oscillant, est une bêtise absolue et pourtant les gens sont accrochés à elle fermement, comme à un ours en peluche. Ils ne peuvent tout simplement pas se résoudre à faire face à la possibilité que la Terre est stationnaire, bien que tous les éléments de preuve le démontrent : nous ne sentons aucun mouvement, l'atmosphère n'a pas été dispersée par le vent, nous voyons le mouvement du soleil d’Est en Ouest, tout peut être expliqué par une Terre immobile, sans introduire toutes ces présomptions pour couvrir des présomptions antérieures défaillantes.

On peut trouver une autre preuve que le soleil n’est pas à 150 millions de kilomètres de là en traçant l'angle des rayons du soleil jusqu’à leur source au-dessus des nuages.
Il y a des milliers de photos montrant comment la lumière du soleil descend à travers la couverture nuageuse à une variance d'angles convergents. La zone de convergence est bien sûr le soleil, et il n’est clairement pas à des millions de kilomètres de là, mais plutôt relativement proche de la Terre, juste au-dessus des nuages.
Le voyage annuel du soleil de tropique à tropique, de solstice à solstice, est ce qui détermine la longueur et le caractère des jours, des nuits et des saisons. Voilà pourquoi les régions équatoriales connaissent presque toute l'année la chaleur de l'été, pendant que des latitudes plus haut au Nord et en particulier le Sud, connaissent des saisons plus distinctes, avec des hivers rigoureux.

Le modèle héliocentrique prétend que les changements de saisons sont basés sur la prétendue 'inclinaison axiale' du globe et 'l’orbite elliptique' autour du soleil, mais leur modèle actuel défectueux nous place plus proche du soleil (147 062 600 km) en Janvier, quand en réalité c’est l'hiver, et plus loin du soleil (152 050 500 km) en Juillet, quand en réalité c’est l’été presque partout sur la Terre.
Le fait que les réflexions du soleil et la Lune sur l'eau forment toujours un chemin rectiligne à partir de l'horizon jusqu’à l'observateur, prouve que la Terre n’est pas un globe.
Si la surface de la Terre était courbée, il serait impossible pour la lumière réfléchie de se courber sur la boule de l'horizon à l'observateur. Il existe d'immenses cadrans solaires et lunaires séculaires en pierre partout dans le monde, qui disent l’heure aujourd’hui à la minute près, aussi parfaitement que le jour où ils ont été faits.
Si la Terre, le soleil et la lune étaient vraiment soumis au chiffre contradictoire des mouvements tournants, pivotants, oscillants et en spirale revendiqués par l'astronomie moderne, il serait impossible pour ces monuments de dire l’heure avec autant de précision, sans un ajustement constant.
Pour citer William Carpenter : "Pourquoi, au nom du bon sens, les observateurs devraient-ils fixer leurs télescopes sur des bases solides en pierre, afin qu'ils ne bougent pas d’un cheveu, - si la Terre sur laquelle ils les fixent se déplace à une vitesse de 30,57 kilomètres par seconde ?
En effet, pour croire que 'six mille millions de millions de tonnes' roule, jaillit, file et se jette à travers l'espace à l’infini, à une vitesse comparable à celle d’un coup de canon, 'est un débit très lent', pour une précision si infaillible qu’un télescope fixé sur des piliers de granit dans un observatoire ne permettrait pas à un astronome avec un oeil de lynx de détecter une variation dans son mouvement vers l’avant d’un millième de portion de l’épaisseur d'un cheveu, équivaut à concevoir un miracle, en comparaison de tous les miracles officiels réunis qui sombreraient dans l'insignifiance totale.
Puisque nous pouvons, (dans les latitudes du milieu du Nord), voir l'étoile Polaire en regardant par une fenêtre lui faisant face - et sur le même coin de la même vitre dans la même fenêtre - toute l'année, est une preuve suffisante pour tout homme qui fait preuve qui garde sa raison et comprend que nous n’avons fait aucun mouvement du tout et que la Terre n’est pas un globe."

Le soleil ne peut rattraper la lune, ni la nuit devancer le jour ; et chacun vogue dans une orbite.
Coran sourate 36 verset 40


Prise avec un appareil photo numérique avec un zoom optique sur les planètes et les étoiles.
La différence entre le soleil pris en photo avec un Nikon P900 et les photos du soleil fournies par la NASA (photo CGI).
Le parallaxe est un phénomène bien connu avec la 3D, où lors d’un déplacement de la caméra, on voit les objets situés au premier plan se déplacent plus vite que les objets du second plan…
Cela s’explique tout simplement par la projection du monde 3D en une image 2D, effectuée par notre processus de vision. Nous percevons donc la profondeur uniquement sur un plan 2D, par un décalage dans les coordonnées [x] et [y] (perspective), qui est fonction des coordonnées [Z] du plan 3D.

Or ce phénomène de parallaxe n’est pas du tout observable lorsque nous observons le ciel étoilé en mouvement, où toutes les étoiles bougent en même temps. C’est donc comme si l’univers n’avait aucune profondeur et que tout était sur le même plan - A noter également que la terre, selon le modèle héliocentrique, est censé effectuer des spirales (rotation autour du soleil, qui lui-même tourne en même temps autour du centre de la galaxie) - Mais que la réalité observée est tout autre, puisque le mouvement des étoiles est parfaitement circulaire et s’effectue autour de l’étoile Polaris.

En regardant le ciel pendant plusieurs heures au cours d'une même nuit, on observe que le ciel tourne sur lui-même. Les grecs pensaient que toutes les étoiles étaient fixées sur l'enveloppe d'une sphère (la sphère céleste).
Pour mettre en évidence ce mouvement, on peut par exemple prendre une photographie centrée sur l'étoile Polaris, avec un appareil photo sur pied et un temps de pose assez long (environ 45 mn).

LA FACE CACHÉE DE LA LUNE :

Certains croient que la lune est une sphère, même si son apparence est clairement celle d'un disque lumineux plat.
Les livres comme la Bible ou le Coran, renferment des trésors d’informations et c’est d’ailleurs dans ces deux livres qu’on a découvert cette première vérité qui est de la Terre plate … il est donc possible de trouver des réponses justes et précises au sujet de la lune !

Comme dans un verset qui nous révèle que la lune possède sa propre lumière et qu’elle n’est donc pas éclairée par le soleil et ceci induit aussi que les phases de la lune n’ont rien à voir avec le soleil
Le soleil n’intervient ni dans l’éclairage de la lune ni dans ses phases lunaires et encore moins dans les éclipses lunaires.
Nous voyons toujours la même face de la Lune (bien qu’à des inclinaisons variées), pourtant on prétend qu'il y a un autre côté obscur de la lune qui reste caché depuis toujours, pourquoi ?

La N.A.S.A. affirme que la lune tourne à l’opposé de la rotation de la Terre d'une manière si parfaitement synchronisée que les mouvements s’annulent mutuellement, par conséquent comme par hasard, nous ne serons jamais en mesure d'observer le supposé côté sombre de la lune, en dehors de leurs images générées par ordinateur.
Le fait est que, cependant, si la lune était une sphère, les observateurs de l'Antarctique verraient une face différente de ceux à l'Équateur, mais ce n’est pas le cas - juste la même face plate en rotation à des degrés variés.
Dave Marsh, directeur du National Health Service en Angleterre, étudie la vitesse de la lune dans le ciel nocturne.
Ma recherche détruit la cosmologie du big bang" : a-t-il déclaré, selon Physics-Astronomy.org - "Cela soutient l'idée que la gravité n'existe pas et que la seule force de la nature est l'électromagnétisme."

LE DIAMAGNÉTISME ET LE MAGNÉTISME :

L'eau étant diamagnétique, le jeu du mouvement de la lune (-) et du soleil (+), anode, cathode, influence le soulèvement des océans qui en fait n'en est qu'un seul.
La fin de la vidéo explique un peu le mouvement du soleil et de la lune autour de la circonférence de la Terre Plate.
Cela sera démontré encore plus en profondeur dans les vidéos qui suivront.
Le diamagnétisme permet de réaliser de la lévitation stable, si le champ magnétique est suffisamment élevé, ou si l'objet à léviter est suffisamment diamagnétique.
L'énergie électromagnétique du soleil et de la lune crée directement des marées en raison des propriétés diamagnétiques de l'eau. Le soleil, en fait étroit et petit, a un effet immédiat et local sur l'océan.

L'eau est naturellement diamagnétique, ce qui signifie qu'elle repousse un champ magnétique. Il crée un champ magnétique en opposition à un champ magnétique appliqué à l'extérieur. Le soleil rapproché est une énergie électromagnétique positive répandant l'eau dans l'océan, créant des marées bas et la lune est une énergie électromagnétique négative causant des marées hautes.
Ils travaillent ensemble comme une machine parfaitement conçue.
Si vous regardez une carte plate de la terre, le chemin du soleil tout au long de l'année (tropique du cancer vers le tropique du Capricorne) est exactement là où se trouvent toutes les marées les plus extrêmes de la terre. Lorsque le soleil et la lune sont parfaitement alignés sur la terre plate, les marées sont les plus élevées.
Puisque le soleil doit balayer la région plus grande du Sud dans les mêmes 24 heures, il doit passer sur la plus petite région du Nord, son passage doit forcément être en plus proportionnellement plus rapide.
Cela explique parfaitement les différences dans les températures en Arctique/Antarctique, les saisons, la durée de la lumière du jour, la vie végétale et animale ; voilà pourquoi l'aube du matin de l'Antarctique et le crépuscule du soir sont très brusques comparé au Nord ; ceci explique pourquoi en Arctique, lors de nombreuses nuits d’été, le soleil ne se couche pas du tout !

L'électromagnétisme moderne (Maxwell-Lorentz) est présentée comme un fait vérifié et surtout, complet.
L'onde électro-magnétique transverse est considérée comme la seule et unique forme de propagation électrique possible.
Toutefois, une révision de l'histoire depuis Maxwell, en suivant l'évolution de cette théorie lorsqu'elle passe de mains en mains et de simplification en simplification, nous révèle une face cachée, ou plutôt, un chaînon manquant de cette théorie.
"Cette forme d'ondes a été rejetée par Maxwell, celui-ci considérait que cette condition était impossible à obtenir. La deuxième possibilité consistait en des ondes électro-magnétiques transverses (à 90 degrés de la direction de propagation). Maxwell a encouragé les expérimentateurs à rechercher cette forme d'onde, suggérant même des moyens possibles d'y arriver."

Maxwell est mort en 1879, neuf ans avant que Heinrich Hertz vérifie ses prédictions en détectant les ondes électro-magnétiques transverses.
Presque aussitôt après, Oliver J. Lodge, un ardent supporter de Heaviside, a détecté des ondes électro-magnétiques dans un fil de métal. C'est seulement à ce moment que la théorie de Maxwell a largement été acceptée comme standard établie.
Dans le chainon manquant, il semble que l'onde longitudinale ait été complètement oublié de tous.

Et aujourd'hui, il n'en reste plus aucune trace dans la théorie de l'électro-magnétisme. Pourtant, elle est observable.
Elle a été observée et utilisée par maint expérimentateur au fils de l'histoire, le plus célèbre d'entre eux, est Nicolas Tesla.
Par la suite, d'autres expérimentateurs ont réussi à reproduire le phénomène. En particulier, Eric Dollard est une des personnes reconnues comme ayant reproduit les appareils et la phénoménologie de Tesla.

La découverte la plus prometteuse de Nikola Tesla fut, vers 1905, la démonstration que l'énergie électrique pouvait être transmise à travers la Terre par des ondes électromagnétiques de très basse fréquence, autour de 8 Hz, se propageant pratiquement sans perte vers l'extrémité de la Terre.
Cette hypothèse sera en partie confirmée 50 ans plus tard, en 1952, par le physicien W.O. Schumann qui donna son nom à la pulsation du champ magnétique terrestre (résonance de Schumann).

En 1921, lors d'une rencontre entre Einstein, Tesla et Steinmetz, certains organes de presse effacèrent carrément Nikola Tesla de la photo.
Michael Faraday découvre qu’un courant électrique circule dans un fil métallique refermé en boucle quand un aimant est approché ou éloigné de cette boucle.
La variation du champ magnétique créé par l'aimant a induit un champ électrique responsable du courant circulant dans la boucle.
Faraday avait donc découvert le phénomène d'induction: la variation d'un champ magnétique provoque l'apparition d'un champ électrique.
Maxwell montre que, symétriquement, la variation d'un champ électrique crée un champ magnétique.
Les rayons gamma, les ondes radio, les micro-ondes, la lumière visible, les ultraviolets, les infrarouges… sont des ondes électromagnétiques de fréquences différentes.