LE PROPHÈTE JOSEPH :

LE PROPHÈTE JOSEPH ET POTIPHAR :

Poussés à bout par la jalousie qu'ils éprouvent à l'égard de Joseph, les onze frères établissent un plan pour éliminer physiquement ce dernier.
L'un d'entre eux, ne souhaitant pas la mort de son frère, proposera plutôt de l'abandonner au fond d'un puit et rapporter la chemise ensanglantée de Joseph à leur père (avec le sang d'un animal, le Coran n'en dit rien si ce n’est l’expression Faux Sang, la Bible rapporte qu’il s’agit du sang d’un chevreuil).
Joseph est ensuite récupéré par des caravaniers qui décident de le vendre comme esclave. Il est alors acheté par un Egyptien au titre de 'Al Aziz', qui en fait son intendant.
Arrivé à l'âge adulte, Joseph éblouit tout le monde par sa beauté physique, à tel point que la jeune femme de son maître, le sollicita de sa personne.
Joseph repousse en permanence ses avances, si bien qu'elle finit par l'accuser d'avoir tenté d'abuser d'elle.

L'histoire de Joseph est celle de l'un des fils du patriarche Jacob - Né sous la tente d'une famille nomade de Canaan, Joseph est d'abord victime dans sa jeunesse de la jalousie de ses frères, qui le vendent comme esclave à des marchands itinérants.
Emmené captif en Egypte, il entre comme serviteur auprès d'un officier du pharaon nommé Potiphar.
Il arrive qu'en l'absence du maître, l'épouse attirante de celui-ci courtise Joseph sans succès.
Pour se venger de son refus, elle l'accuse faussement d'avoir tenté de la séduire, et il est jeté en prison.

Après cet incident, cette femme calomnia Joseph en dépit de son comportement vertueux et de son refus à commettre l'adultère.
Bien qu'il fût complètement innocent, elle dit à son mari, le vizir, que Joseph s'était approché d'elle avec de mauvaises intentions et elle exigea qu'il fût jeté en prison ou torturé.
le récit Biblique et Coranique divergent, car, dans la Bible, Joseph est directement envoyé en prison, sur accusation de l'épouse, alors que dans le Coran, l'innocence de Joseph est prouvée par un membre de la famille de Potiphar (Al Aziz).
Quand la femme de Potiphar réalisa qu'elle était la risée de la ville, elle prépara un piège pour les femmes qui se moquaient d'elle.
Le but était de leur prouver qu'elle n'était pas forcément à blâmer d'avoir succombé à un désir immoral car Joseph était d'une beauté extraordinaire.

En effet, les autres femmes furent subjuguées par la beauté du Prophète Joseph
Agacée par cet épisode humiliant, et dans un désir de sauver la mise et faire taire définitivement les railleries proférées par les autres femmes de la cité à son encontre, décide de présenter Joseph à ses amies résidentes en ville, pour leur justifier son acte.
Ces dernières, sublimées par la beauté de Joseph, en viennent à se couper les doigts.
Face aux refus de Joseph de satisfaire le désir de ces femmes, elles complotèrent à leur tour à son encontre en usant de leur influence et finirent par le jeter en prison, espérant que ce dernier change d’avis et accepte enfin leurs avances.


le prophète Joseph

La maîtresse de maison où il vivait essaya de le séduire. Elle ferma les portes et dit : "Je suis toute à toi."
Il dit : "Puisse Dieu me protéger. Il est mon Seigneur, Celui qui m’a donné un bon foyer. Les transgresseurs ne réussissent jamais."
Elle succomba presque à lui, et il succomba presque à elle, si ce n’était qu’il vit une preuve de son Seigneur.
Nous avons ainsi détourné de lui le mal et le péché, car il était un de nos serviteurs dévoués.
Tous deux coururent vers la porte, et, dans l’action, elle déchira son vêtement par derrière. Ils trouvèrent son mari à la porte.
Elle dit : "Que devrait être la punition pour celui qui a voulu molester ta femme, si ce n’est l’emprisonnement ou une punition douloureuse ?"
Il dit : "C’est elle qui a essayé de me séduire."
Un témoin de sa famille à elle suggéra : "Si son vêtement est déchiré par devant, alors elle dit la vérité et c’est un menteur.
Et si son vêtement est déchiré par derrière, alors elle a menti et il dit la vérité."
Coran sourate 12 verset 23 - 27


Tous les frères de Joseph n'étaient pas comme lui.
Excepté son jeune frère, qui lui ressemblait beaucoup, ses autres frères ne saisissaient point le concept de la foi, étaient prisonniers de leur égoïsme et dépassèrent les limites fixées par Dieu.
C'est ce qui les amena à tendre un piège cruel au prophète Joseph.

Pour ceux qui sont éloignés de la religion, leur seul désir est de posséder la force et le pouvoir en ce bas monde, de posséder des biens et de la richesse et d'influencer la manière dont cette dernière est dépensée.
C'est le but pour lequel ils se battent et auquel ils consacrent leur vie.
Cependant, Dieu fit sortir Joseph de prison et le combla immédiatement de ses bienfaits.
Nous devons ainsi nous rappeler que les biens et le rang dont on bénéficie ici-bas n'ont aucune importance et que ce que nous devons regarder, c'est la vie après la mort.

Toutefois, nous sommes informés sur ce point que la récompense dans l'au-delà sera extrêmement bénéfique, on apprend aussi que cette récompense ne sera destinée qu'aux croyants et à ceux qui craignent Dieu.
Il est donc hors de question pour ceux qui ne possèdent pas ces caractéristiques d'espérer une récompense agréable dans l'au-delà.
C'est de cette manière que Dieu tourne le regard des gens dans la direction de l'au-delà.

L'emprisonnement donne l'occasion à Joseph de montrer à ses gardiens qu'il possède le don d'interpréter les rêves.
On lui demande alors d‘expliquer un rêve étrange qu'a fait le pharaon.
La signification qu'il en donne est celle d'un message prophétique annonçant qu'une terrible famine va s'abattre sur le pays.
Sept années de récoltes surabondantes seront suivies par sept années de sécheresse et de pénurie alimentaire.
Le roi est immédiatement convaincu, et en reconnaissance il élève Joseph au rang de premier administrateur du pays, en charge de gérer la crise économique annoncée.
Joseph s'acquittera brillamment de cette tâche en faisant emmagasiner d'importantes réserves de nourriture.

Pendant les années de famine, ses entrepôts fournissent du blé à l'Egypte et aux pays voisins.
Il retrouve ses frères venus acheter des provisions, leur pardonne et les invite à s'installer durablement en Egypte.
La famille de Joseph et ses descendants demeureront dans le pays pendant plus de 4 siècles :

Et Jacob habita dans le pays où son père avait séjourné, dans le pays de Canaan...
Bible Genèse chapitre 37 à 50


Les comparaisons sonnent juste quant au contexte, et indiquent que la culture égyptienne a bel et bien influencé la rédaction du récit.
Un premier indice est constitué par une peinture murale célèbre qui illustre le mode de vie des nomades du désert à l'époque pharaonique.
Près du village de Beni Hassan en Moyenne-Egypte, sur la rive est du Nil, la tombe rupestre du fonctionnaire égyptien Khnoumhotep II porte sur ses parois l'image d'une caravane de bédouins, dont l'aspect physique tranche avec celui des personnages égyptiens qui l'entourent. Les visiteurs sont habillés de tuniques en toile rayurée, équipés d'armes et accompagnés d'ânes et de chèvres chargés de bagages. L'inscription hiéroglyphique qui complète l'image désigne les bédouins par le mot [Aamou], un terme égyptien qui définit les peuples asiatiques de l'Est.

Elle précise que ce groupe de 37 nomades apporte du fard pour les yeux et qu'il se rend auprès du fils de Khnoumhotep.
Le nom ou le titre de leur chef, [Heka Khase Abish], peut se traduire par prince du pays des montagnes de Abish.
La peinture auto-datée de l'an 6 du règne de Sésostris II, c'est-à-dire d'environ 1900 avant J-C.
Un lien contextuel entre ces bédouins et les personnages de Joseph et de ses frères, et même d'Abraham qui fit un bref séjour en Egypte.
Ce document illustre le mode de vie des nomades au temps des patriarches, qui paraît n'avoir pas changé depuis des millénaires.
Le cadre historique de l’histoire de Joseph est difficile à préciser.

Le roi d'Egypte est appelé ‘Pharaon’, mais son nom propre n’apparaît pas. En revanche, le texte contient d'autres indices précieux.
Par exemple, lorsque Joseph une autorité et la confiance d’Egypte, il est doté de vêtements de lin, revêtu du collier d’or, porte la bague du pharaon et parcourt l’Egypte sur un char d’apparat aux côtés du roi, symboles typiques du pouvoir pharaonique.

le prophète Jacob

L'histoire de Joseph n'a laissé aucune trace connue dans la littérature égyptienne antique.
En marge de cette absence il faut toutefois relever un texte hiéroglyphique étonnant gravé sur un bloc de granite de la petite île de Sehel, au sud d'Assouan.
Ce rocher connu sous le nom de 'stèle de la famine' porte un décret émanant du pharaon Djoser, l’un des tout premiers rois d'Egypte.
Le texte parle d'une famine désastreuse ayant duré sept ans, au cours de laquelle le pharaon aurait vu en rêve le dieu Khnoum lui annonçant la fin imminente du fléau.
Points communs avec l'histoire de Joseph qui explique l'interprétation du rêve au pharaon comme ceci :


Il dit : "Ce que vous cultivez durant les sept prochaines années, quand vient le temps de la récolte, laissez les grains dans leurs épis, sauf pour ce que vous mangez.
Après cela, viendront sept années de sécheresse, lesquelles consommeront la plupart de ce que vous avez stocké en leur prévision.
Après cela, une année viendra qui apportera soulagement pour les gens, et ils presseront, une fois de plus, du jus."
Coran sourate 12 verset 47 - 49


On place le plus souvent l'arrivée de Joseph en Egypte vers la fin du Moyen Empire égyptien, ou plutôt durant la deuxième période intermédiaire, une époque troublée de l'histoire égyptienne qui sépare le Moyen Empire du Nouveau, approximativement entre 1700 et 1550 avant Jésus-Christ.
Un indice matériel figure dans l'un des derniers versets de la Genèse, où il est précisé que le roi d'Egypte permit à Joseph d'aller enterrer son père Jacob en Canaan avec des chars :


Il y avait encore avec Joseph des chars et des cavaliers, en sorte que le cortège était très nombreux.
Bible Genèse 50 verset 9


Or l'introduction du char en Egypte remonte précisément au temps des Hyksos :
cet élément fait de la seconde période intermédiaire une limite antérieure pour l'entrée en Egypte de la famille de Jacob.
Le document, connu par l'historien grec Georges le Syncelle, contient les mots suivants : "Certains disent que ce roi (Apopi) était au début appelé Pharaon, et que dans la quatrième année de son règne Joseph arriva en esclave en Egypte. Il nomma Joseph seigneur d'Egypte et de tout son royaume, dans la dix-septième année de son gouvernement, ayant appris de lui l'interprétation des rêves et ayant ainsi prouvé sa sagesse divine."

Il éleva ses parents sur le trône. Ils tombèrent prosternés devant lui.
Il dit : "Ô mon père, ceci est l’accomplissement de mon vieux rêve. Mon Seigneur l’a réalisé.
Il m’a béni, m’a délivré de la prison et vous a amené du désert, après que le diable ait semé la discorde entre moi et mes frères.
Mon Seigneur est le Plus Bon envers qui Il veut. Il est le Savant, le Plus Sage."
Coran sourate 12 verset 100


La raison pour laquelle le père (Jacob) avertit son fils de ne pas parler du rêve à ses frères est que le comportement de ces derniers ne lui inspirait aucune confiance.
Homme de sagesse et de perspicacité, le prophète Jacob savait très bien que la nature exceptionnelle de son fils suscitait les querelles et la jalousie.
Les connaissant bien, il pressentait que les frères de Joseph pourraient bien tendre un piège à ce dernier.
C'est pour ces raisons que Jacob avertit Joseph de l'inimitié de Satan et lui recommanda de rester sur ses gardes.


Si quelque chose de bien t’arrive, cela les rend malade, et si une affliction s’abat sur toi,
ils disent : "Nous t’avions prévenu", tandis qu’ils se détournent en se réjouissant.
Coran sourate 9 verset 50


Voilà pourquoi les croyants doivent se garder de dévoiler les projets propices et bénéfiques de la communauté avant qu'ils ne soient réalisés.
Les croyants doivent faire preuve de grande prudence envers de telles personnes.
L'avertissement que Jacob donne à son fils Joseph illustre clairement ce point.


Joseph eut un songe, et il le raconta à ses frères, qui le haïrent encore davantage...
Il eut encore un autre songe, et il le raconta à ses frères. Il dit : J'ai eu encore un songe !
Et voici, le soleil, la lune et onze étoiles se prosternaient devant moi. Il le raconta à son père et à ses frères.
Bible Genèse 37 verset 5 à 10


Ce qui ressort clairement de récit, c'est que les frères de Joseph furent principalement motivés par la jalousie quand ils tendirent leur piège.
C'est parce qu'ils croyaient que leur père aimait plus Joseph et son jeune frère qu'eux qu'ils conçurent cette jalousie.
Ils voulaient un amour exclusif et pensaient qu'en raison de leur nombre et de la façon dont ils s'entraidaient, ils avaient davantage droit à cet amour.
C'est là sans aucun doute, une façon de penser particulièrement non conforme...

La conception de l'amour, pour le croyant, est la suivante : il va aimer en priorité ceux qui adoptent les plus hautes valeurs morales.
Il est évident que Jacob adoptait ces mêmes critères quand il prodiguait son amour à ses fils.
Étant donné que Joseph craignait davantage Dieu et qu'il avait de plus hautes valeurs morales que ses frères, Jacob lui portait tout naturellement plus d'amour.
Cependant, comme les frères de Joseph ne partageaient pas cette vision, ils étaient incapables de comprendre l'amour que leur père éprouvait pour Joseph et son jeune frère.
Ceci montre bien à quel point ils avaient dévié de leur religion !
Plus loin, on voit que Dieu porta assistance à Joseph dans les moments d'extrême danger, en inspirant ses frères de le jeter dans un puits au lieu de le tuer.


"Tuons Joseph ou bannissons-le afin que vous puissiez avoir de l’attention de la part de votre père. Après, vous pourrez être des gens droits."
L’un d’eux dit : "Ne tuez pas Joseph ; jetons-le dans l’abîme du puits. Peut-être qu’une caravane pourra le recueillir, si c’est ce que vous décidez de faire."
Coran sourate 12 verset 9 - 10


Comme nous l'avons vu précédemment, quels que fussent les plans qu'ils élaboraient contre Joseph et quels que fussent les pièges qu'ils lui tendaient, le prophète était toujours soumis à la destinée que Dieu lui avait tracée.
Personne ne peut jamais contrecarrer la destinée qui lui est dévolue.
Dieu avait décidé du destin de Joseph bien avant sa naissance et Joseph en fit l'expérience exactement comme Dieu L'avait prévu.
Il faut bien se rendre compte ici que ce n'était pas l'un des frères de Joseph qui permit que Joseph survécût en suggérant de le jeter dans le puits, mais que c'était bien Dieu qui le préserva de la mort.
Il était écrit dans le destin de Joseph que ses frères projetteraient de le tuer, mais qu'ils changeraient de plan et le jetteraient dans le puits.
C'est pourquoi le frère de Joseph eut cette idée.
Il est hors de question qu'on puisse changer son destin comme le pensent certains.
Le destin de Joseph avait été déterminé jusque dans les moindres détails.

En fait, Dieu avait révélé ce plan à Joseph dans un rêve qu'il fit dans son enfance.
Sa vie se déroula ensuite de manière à confirmer la véracité de ce rêve. Dieu donne à certains de Ses serviteurs des informations concernant l'avenir.
L'inconnu s'applique aux êtres humains. C'est Dieu qui n'est limité ni par le temps ni par l'espace, qui crée et sait tout.
Il a créé le temps et l'histoire dans leur totalité en un instant.

Nous devons garder cette vérité en mémoire pour mieux comprendre la suite de la vie de Joseph.
Tout ce qui arrive, arrive conformément à la volonté de Dieu et, pour les croyants, il y a du bien dans tout ce qui arrive.
Après chaque difficulté et chaque épreuve qui requiert de la patience, Dieu nous donne le bien-être et ses faveurs comme récompense ici-bas ainsi que dans l'au-delà.
C'est pourquoi des événements qui peuvent nous paraître funestes vus de l'extérieur, comme être réduit en esclavage, jeté en prison et calomnié, sont en fait favorables pour les croyants.

Les frères de Joseph étaient parfaitement conscients du fait que leur mensonge n'était pas crédible du tout, c'est pourquoi ils produisirent une fausse preuve afin de paraître plus convaincants.
Ils couvrirent la chemise de Joseph de sang pour essayer de faire croire à la mort de ce dernier et la donnèrent à leur père.
Cet incident nous fait comprendre que ceux qui tendent des pièges aux croyants sont capables de falsifier des preuves pour étayer leurs arguments.
Vu la nécessité d'être conscients de ces méthodes et de s'y préparer, il est donc essentiel d'examiner scrupuleusement les preuves qui nous sont proposées.
Jacob attirait l'attention sur le fait que les gens peuvent sans aucun doute faire des choses terribles s'ils suivent leurs désirs, que les appétits corporels sont trompeurs et que tous ces maux ont pour origine le fait que les gens suivent ces appétits.

Lorsque le souverain sut comment Joseph avait interprété son rêve il demanda qu'on le fît venir.
Quand le messager du souverain vint le chercher, Joseph usa d'une très fine stratégie.
Afin de rétablir la vérité sur son innocence et son emprisonnement injuste, au lieu d'obéir à la convocation de suite, il renvoya le messager vers son maître avec une série de questions qui obligeraient le souverain à réexaminer son cas.
Le souverain s'enquit des femmes qui s'étaient blessées les mains et qui avaient été témoins de l'innocence de Joseph et du manque de chasteté de la femme de Potiphar.
Elles étaient toutes témoins directs, bien que le type d'environnement dans lequel elles pouvaient témoigner n'eût jamais existé auparavant.
C'est pourquoi Joseph utilisa cette occasion avec la plus grande sagesse. L'incident est décrit comme suit :


Le roi dit : "Amenez-le moi." Lorsque le messager vint à lui,
il dit : "Retourne à ton seigneur et demande-lui d’enquêter sur les femmes qui se sont coupées les mains.
Mon Seigneur est pleinement conscient de leurs intrigues."
Coran sourate 12 verset 50


Toutefois, les années qu'il avait passées en prison, quand bien même son innocence était évidente, étaient loin d'être une perte ou un malheur.
Dieu avait déjà planifié chaque moment que Joseph vivait et ce plan était rempli de compassion et de bienfaisance.
L'incarcération avait servi de vecteur à son éducation spirituelle et lui avait permis de mûrir et d'affiner sa pensée.
Il se rapprocha de Dieu par sa bonne attitude. Tous les problèmes et difficultés de ce monde sont récompensés dans l'au-delà.

Voici encore un autre fait que les croyants doivent prendre pleinement en considération.
Les désirs terrestres amènent au mal et tout un chacun doit faire preuve de prudence et être sur ses gardes à tout moment, en écoutant la voix de sa conscience et non celle de ses bas instincts.
En outre, l'autre sagesse que ce verset nous laisse apparaître, c'est que les fauteurs de trouble sont motivés par leurs bas instincts.

Cette histoire attire notre attention sur la capacité des athées et des semeurs de trouble à s'unir pour tendre des pièges aux croyants.
Ces personnes, cependant, comme nous l'avons déjà expliqué, ne peuvent jamais réellement faire de mal aux croyants.
Il y a un piège tendu à l'intérieur du schéma de Dieu qui englobe tout et qui cerne les pièges que les athées tendent aux autres.

Quand ils préparent leur piège, Dieu sait et entend tout ce qu'ils disent, leurs décisions et leurs sentiments les plus intimes jusqu'au moindre détail.
En fait, il était écrit dans leur destinée, bien avant leur naissance, qu'ils allaient agir ainsi.
Dieu a aussi déterminé dans leur destin les événements qui feront échouer leurs pièges.
C'est pourquoi chaque piège qu'ils tendent aux croyants est voué tôt ou tard, à l'échec !


"Mon Seigneur, Tu m’as donné la royauté et m’a enseigné l’interprétation des rêves. Initiateur des cieux et de la Terre ;
Tu es mon Seigneur et Maître dans cette vie et dans l’Au-delà. Laisse-moi mourir en soumis, et compte-moi avec les justes."
Coran sourate 12 verset 101


Joseph était conscient que tous les atouts qu'il possédait, y compris ses biens matériels, son grand savoir et sa raison lui étaient dévolus par Dieu.
Par contre, ceux qui renient la vraie religion, pensent que tout ce qu'ils acquièrent est le résultat de leurs propres efforts.

Ainsi, ils s'enorgueillissent et se montrent ingrats envers les bénédictions de Dieu.
La prière de Joseph telle qu'elle apparaît dans le verset ci-dessus est une autre expression de sa foi et de sa crainte de Dieu.
Bien qu'il fût un prophète choisi par Dieu, il désirait mourir en tant que croyant et rejoindre la communauté de ceux qui accomplissent les bonnes œuvres.
Il s'évertuait à bien préparer sa vie dans l'au-delà - Il craignait véritablement Dieu et faisait appel à Lui dans les moments difficiles : c'est la conduite parfaite d'un croyant.

N'oublions pas que Dieu crée tout ce qui arrive par Sa grande sagesse.
Et qu'Il possède le pouvoir sur toutes choses et qu'Il aide toujours ceux qui ont la foi et qui sont sincèrement dévoués à Lui, qui cherchent à Le servir et à suivre Ses messagers.
Il donne Ses bénédictions au moment où ils s'y attendent le moins et Il les aide d'une manière imprévisible.
Le seul devoir de l'être humain est d'adorer Dieu sur la base de ces vérités et vivre en accord avec la religion.