LE GROUPE BILDERBERG :

LE GROUPE BILDERBERG, UNE BRANCHE DE LA PYRAMIDE ILLUMINATI :

C'est un rassemblement annuel et informel d'environ 130 membres, essentiellement américains et européens, et dont la plupart sont des personnalités de la diplomatie, des affaires, de la politique et des médias. L'idée derrière chaque réunion du Bilderberg est de créer un réseau mondial de cartels géants (World Company SA), plus puissants que n'importe quelle nation sur terre, destinés à contrôler les besoins vitaux du reste de l'humanité.
Le but ultime est de réduire d'une manière ou d'une autre la population mondiale à un niveau beaucoup plus gérable pour l'élite mondiale - il lui faudra prendre le contrôle de puissances comme la Russie et la Chine.

S'ils peuvent prendre le contrôle de la technologie du futur, ils peuvent contrôler le monde entier sous toutes ses facettes parce que tout ce qui nous entoure est une technologie à l'état pur et c'est la raison pour laquelle Google, Amazon, des sociétés comme Microsoft et Apple sont dans toutes ces réunions.
Le milliardaire élitiste George Soros a également cessé de s’investir personnellement dans le trading au cours des derniers mois, il se prépare à exploiter le chaos de la crise migratoire en Europe et favorable au Brexit pour que la Grande-Bretagne quitte l’Union Européenne à la fin du mois.
Étant donné que le Groupe Bilderberg a discuté d’un effondrement économique, la révélation que la cabale clandestine complote à nouveau en faveur d’une catastrophe financière devrait être pris au sérieux par tous ceux qui seront touchés par les retombées d’un autre effondrement du marché.

Le Groupe de Bilderberg a été fondé par en 1954 à l'Hôtel Bilderberg à Osterbeek à l'invitation du Prince Bernhard des Pays-Bas, co-fondateur du Groupe avec David Rockefeller.
Le Groupe de Bilderberg est sans doute le plus puissant des réseaux d'influence.
Il rassemble des personnalités de tous les pays, leaders de la politique, de l'économie, de la finance, des médias, des responsables de l'armée ou des services secrets, ainsi que quelques scientifiques et universitaires.

Très structuré, le Groupe de Bilderberg est organisé en 3 cercles successifs.
Le cercle extérieur est assez large et comprend 80% des participants aux réunions. Les membres de ce cercle ne connaissent qu'une partie des stratégies et des buts réels de l'organisation.
Le deuxième cercle, beaucoup plus fermé, est le Steering Committee (Comité de Direction).
Il est constitué d'environ 35 membres, exclusivement européens et américains.
Ils connaissent à 90% les objectifs et stratégies du Groupe. Les membres américains sont également membres du C.F.R.
Le cercle le plus central est le Bilderberg Advisory Committee (Comité consultatif).
Il comprend une dizaine de membres, les seuls à connaître intégralement les stratégies et les buts réels de l'organisation.

Groupe Bilderberg

Au cours de ses réunions, des décisions stratégiques essentielles y sont prises, hors des institutions démocratiques où ces débats devraient normalement avoir lieu.
Les orientations stratégiques décidées par le Groupe de Bilderberg peuvent concerner le début d'une guerre, l'initiation d'une crise économique ou au contraire d'une phase de croissance, les fluctuations monétaires ou boursières majeures, les alternances politiques dans les démocraties, les politiques sociales, ou encore la gestion démographique mondiale.
Ces orientations conditionnent ensuite les décisions des institutions subalternes comme le G8 ou les gouvernements des états.

Les membres du Groupe de Bilderberg s'appellent eux-mêmes les Bilderbergers. Ils sont choisis uniquement par cooptation.
Le Groupe de Bilderberg se réunit une fois par an pendant environ 4 jours. Les réunions ont lieu chaque année au printemps dans une ville différente, mais toujours dans des châteaux ou des hôtels luxueux, entourés d'un parc ou situés en pleine nature, et si possible équipés d'un golf. Les réunions sont protégées par plusieurs centaines de policiers, militaires, et membres des services spéciaux du pays d'accueil. Si la réunion a lieu dans un hôtel, celui-ci est vidé de ses occupants une semaine avant l'arrivée des Bilderbergers.
Les invités sont déposés par un ballet d'hélicoptères noirs et par des limousines aux vitres fumées avec la lettre B sur le pare-brise.

Les discussions se tiennent à huis-clos.
Quelques journalistes dévoués à la 'pensée unique' peuvent être parfois présent, mais rien ne doit filtrer des discussions.
Il est interdit de prendre des notes ou de faire des déclarations à la presse.
Mais quelques photographes arrivent parfois à prendre des photos à l'extérieur, au moment de l'arrivée des invités.

BILDERBERG GOUVERNE LA FRANCE VIA L'UNION EUROPÉENNE :

Quel est le point commun entre Alain Juppé, le maire de Bordeaux, Laurence Boone, la conseillère économique de François Hollande, Jean-Dominique Sénard, le patron de Michelin, Patrick Calvar, Gilles Kepel... ?
Ils sont français, et ils ont participé à la réunion 2015 du groupe Bilderberg.

"J'étais là en mai 2003, à la réunion organisée à Versailles, quand Villepin a fait une tirade magistrale aux Américains contre l'intervention en Irak" : se souvient Jean-Louis Gergorin, ancien du Quai d'Orsay. Aucun enregistrement ne peut témoigner des mots échangés entre l'ancien ministre français des Affaires étrangères et le secrétaire adjoint à la ­Défense de l'équipe Bush, Paul Wolfowitz.
Mais Thierry de Montbrial l'assure : "Je n'avais jamais assisté à quelque chose d'aussi tendu."

Depuis 2012, un autre Français veille sur les invitations : Henri de Castries, ancien patron d'Axa, préside le Bilderberg.
"La guerre froide passée, les débats se sont centrés sur le monde des affaires" : explique Jean-Louis Gergorin.
"Il est aussi beaucoup question de terrorisme, mais sur ce sujet tout le monde est assez d'accord. Ces dernières années, les thèmes tournent autour de la montée en puissance de la Chine, de l'environnement, des nouvelles technologies" : souffle François Heisbourg, spécialiste de géopolitique et invité à plusieurs reprises.

L'idée et son élaboration furent imaginées par Joseph Retinger mais c'est au roi Bernhard qu'on doit sa mise en application en mai 1954.
Ce comité est composé des 500 hommes les plus riches du monde, tous milliardaires. Le roi Bernhard de Hollande était le président de cette organisation.

Ses hommes sont chargés d'exécuter les ordres venant des 33 ou d'un comité, le Bilderbergers Advisory Commitee, composé des membres les plus prestigieux du C.F.R. (Council on Foreign Relations) et de ces sous-branches.
Ils demandent des prêts excessifs, déménagent ou ferment des multinationales, accélèrent le chômage, augmentent l'inflation, créent des pénuries, détruisent des stocks, accentuent la famine par une mauvaise répartition de la nourriture et manipulent l'infrastructure communicationnelle.

Ils sont si puissants que le député américain John Rarick déclarait à leur sujet : "Mais les Bilderbergers, par ententes collectives, possèdent une puissance financière telle que, par le retrait de leurs fonds, ils peuvent conduire un pays à la banqueroute ou, comme cela a été annoncé en octobre, créer un déficit de la balance commerciale des États-Unis avec l'étranger atteignant 821 millions de dollars en un mois. Les investissements américains ont été transférés à des banques étrangères et les dollars US, joués à la baisse dans les établissements de change étrangers afin de créer une panique qui vienne aggraver la crise du dollar.
Et ceux qui ont créé la panique ont rapidement manœuvré pour tirer profit de leur escroquerie par la dévaluation."
"Le procédé n'est pas nouveau."
: déclare le député Rarick en rappelant le précédent de 1957.

Peu après la première conférence Bilderberger tenue aux États-Unis, s'était produite une crise du dollar, mise sur le compte de la France qui était accusée d'avoir rapatrié de l'or des États-Unis contre des dollars pour pallier une diminution de 50% de son encaisse métallique.
A l'époque, nous étions sous la convertibilité or et présentement, nous sommes sous le taux de change flexible (monnaie fiduciaire) suite à l'effondrement du système monétaire de 1971. Cela peut vous donner un aperçu de la puissance des banquiers internationaux, puisque les Bilderberger eux-mêmes sont leurs obligés.

Est-il nécessaire de rappeler que des personnages importants étaient affiliés secrètement à son sein, tels : Jean Lesage premier ministre du Québec et Lester B. Pearson, premier ministre du Canada ; Valéry Giscard D'Estaing, président de la république française ; Robert Schuman, créateur de la C.E.C.A. avant-coureur de la C.E.E. ; plusieurs membres éminents de la C.E.E. et ministres siégeant à des postes importants dans nos gouvernements.
Aussi, William Lyon King Mackenzie, ancien premier ministre du Canada, était un des hommes de confiance des Rockefeller.
Les mauvaises expériences avec Dan Smoot, l'auteur de The Invisible Government et M. Jacques Bordiot, auteur de Une Main Cachée Dirige les contraignent à se montrer très prudents sur la confidentialité des noms.

Cependant, soyons sincères, ce n'est pas le peuple qui détermine les hommes politiques, mais plutôt l'oligarchie économique.
Lorsque le peuple vote, l'oligarchie a déjà assuré ses intérêts, en sachant fort bien que peu importe le parti qui entrera au pouvoir, les candidats agiront sur ses recommandations ou celle du groupe Bilderberger.
Le vote du peuple n'est qu'un semblant de démocratie pour vous donner l'illusion de choisir !